5è édition de paquinou du Bélier: La fête s’achève dans la gaieté totale

La 5è édition de paquinou du Bélier 2018 a enregistré, en plus des 400 Rois et Chefs traditionnels agni, des têtes couronnées du Grand Centre et d’autres invitées. Les populations de la capitale ont manifesté, de façon massive, leur intérêt à ce qui est devenu un rendez-vous annuel depuis 5 ans et paquinou du Bélier 2018 s’est achevé dans la gaité et la joie totale. « Notre belle cité, ville carrefour, ville d’échanges, de brassage des cultures est fière d’être un vrai laboratoire du vivre ensemble avec l’organisation de paquinou. Yamoussoukro est particulièrement heureuse cette année car par la participation effective de nos frères Agni, paquinou 2018 a permis d’activer les liens multiséculaires entre ces deux communautés Agni-Baoulé », a fait savoir Yaoura Konan Jonas, 1er adjoint au maire. Avec lui, le Gouverneur Thiam Augustin qui s’est réjoui de ce que cette 5è édition de paquinou du Bélier soit placée sous l’autorité traditionnelle de la reine des baoulé, Sa Majesté Akoua Boni II. Qui a eu plaisir à recevoir ses pairs Rois et personnalités Agni à son quartier général chez les Boigny. « Sachons faire de notre riche diversité, une force de cohésion et donc de paix entre nous. Car c’est apprenant à se connaitre, à connaitre les autres, que se construisent les alliances, et que se bâtissent les ponts. C’est en assurant la promotion de ce qui nous lie que les murs de la discorde et de la division tombent… » a lancé, en guise d’appel, Augustin Thiam. Le top départ des alliances donné par l’éviction de Michel Koffi comme maitre de cérémonie par les Agni qui ont vu leur colère apaisée par la paie d’amende symbolique, le ministre Aka Aouélé Eugène, Président du Conseil régional du Sud Comoé, prit la parole au nom de l’ensemble des régions Agni présentes : « Paquinou est devenu aussi un forum économique inégalable et de développement, d’où son appropriation par le président du conseil régional du Bélier en tant qu’acteur de développement local. Paquinou s’est imposé à nous tous et rythme désormais nos agendas… Je voudrais me permettre de souligner que les alliances interculturelles  constituent un pan de notre histoire commune, qui contribuent à raffermir les liens de solidarité entre les populations afin de lancer les jalons du développement fondé sur le respect mutuel dans la diversité et surtout la paix, préalable à tout développement. Paix, paix et paix, tels sont le crédo et l’essence de cette alliance de non-agression à laquelle adhèrent en bloc Agni venus massivement pour ce paquinou à cet effet pour apporter leur disponibilité en vue de renforcer les énergies de cette richesse culturelle dans toute sa plénitude » A-t-il indiqué réaffirmant la gratitude des peuples Agni venus du Moronou, de l’Indénié-Djuablin, du Sanwi, du Sud Comoé ainsi que leurs frères et sœurs N’zima de Bassam et des Abouré de Bonoua, à la Reine des Baoulé, Sa Majesté Akoua Boni II, pour l’accueil chaleureux et aimable qui leur a été réservé. Notons que sous l’œil vigilant du Président du Directoire de la Chambre nationale des Rois et Chefs traditionnels, Awoulaé Amon Tanoé Désiré, 23 personnalités ont été décorées dans l’ordre du mérite de la Solidarité (17) ainsi que dans l’ordre du mérite de la Culture (6) respectivement les ministères de la Femme, de l’Enfant et de la Solidarité et de la Culture et de la Francophonie.

JEAN PAUL LOUKOU

Paquinou Sinzékro (Diablo) : Jeannot Ahoussou Kouadio « C’est dans l’estime de nous-mêmes et de nos populations que nous allons bâtir un pays grand et fort. »

Initiateur de paquinou du Bélier depuis 5 ans, c’est avec joie qu’il voit le bébé grandir dans la perfection et l’excellence. Lui c’est Jeannot Ahoussou Kouadio, Président du Conseil régional du Bélier qui fait de la cohésion sociale et l’unité des filles et fils de sa région le cœur de son combat pour le développement économique et social de sa région.

Pour cette 5è édition où lui et son comité d’organisation ont eu pour invités spéciaux les Agni, Jeannot Ahoussou Kouadio a une fois de plus chanté l’hymne de la paix et de la cohésion des Enfants de la Cote d’Ivoire. «Je voudrais dire notre profonde reconnaissance au Président Henri Konan Bédié dont le patronage permanent et les actions en faveur de la paix et de la concorde nationale permettent de créer les conditions pour la tenue des différentes éditions de Paquinou du Bélier. Nous voulons saluer son engagement personnel pour la valorisation du patrimoine culturel national. Merci Président, Merci pour tout ! » a-t-il relevé non sans oublier le Président de la République Alassane Ouattara «  pour son action continue et soutenue au service d’une Côte d’Ivoire qu’il veut grande, belle, conquérante, développée et émergente à l’horizon 2020. »

« Merci, Président, soyez assuré que nous vous faisons confiance et que vous pouvez compter sur nous. » Rendant hommage aux filles et fils du grand Centre pour leur pleine adhésion à Paquinou du Bélier il n’a pas manqué de faire un clin d’œil aux européens venus d’Allemagne, de la Belgique et de la France ainsi que les frères et sœurs venus des Etats Unis. « La célébration de Paquinou du Bélier est l’expression achevée de l’engagement des populations ressortissantes du Grand Centre en faveur de la cohésion sociale, la consolidation de la paix et la constituer un cadre permanent de fraternisation des fils et filles de Côte d’Ivoire. » C’est pour quoi il a terminé son propos par cet important message

« Je voudrais enfin vous dire que c’est dans la cohésion pour la paix autour de nos institutions, incarnées par le Président de la République, le Président Alassane Ouattara ; dans la confiance faite  aux Présidents Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara dans leur vision pour une Côte d’Ivoire rassemblée et réconciliée ; C’est dans l’affection pour nos chefs et nos dirigeants ; dans la considération, le respect pour nos dirigeants et nos autorités ; dans le retour aux valeurs qui fondent notre nation et qui sont si harmonieusement reprise dans notre hymne nationale et la devise de notre pays ; dans le dialogue, la concertation, la tolérance et l’union ; dans l’estime de nous-mêmes et de nos populations que nous allons bâtir un pays grand et fort. Réfléchissons-y, travaillons-y et relevons ensemble ces défis pour le bonheur des générations présentes et à venir. »

Notons qu’avec le directeur général de la BICI Côte d’Ivoire, Jean Louis Menann-Kouamé, le Président du Conseil régional du Bélier, Jeannot Ahoussou Kouadio, a signé une convention pour la mise la création d’une plantation forestière de 4 hectares dans la région du Bélier.

JPL.

Interview: Comité de haut niveau, parti unifié – Maurice Kakou Guikahué, S E du Pdci-Rda, fait des éclairages

« Le comité de haut niveau, c’est un comité de réflexion et de propositions aux présidents, il ne remplace pas les directions des partis »

– « Le comité de haut niveau est un comité de réflexion et de propositions et non un comité de décision ».

-La question du parti unifié se résume en des propositions et celles-ci se trouvent au niveau des présidents des partis du Rhdp »

– « Pour le Pdci, il faut renforcer le groupement politique et le parti unifié doit se construire par étape »

– « Pour le Pdci, le parti unifié, c’est un processus et qu’aujourd’hui, c’est le renforcement du groupement politique qui est à l’ordre du jour »

– « Le Rdr va en réunion du bureau politique, ça veut dire qu’il y a des instances au-dessus du comité de haut niveau qui est un comité de réflexion »

– « C’est le vice-président Kablan Duncan qui est habilité à parler au nom du Pdci-Rda de la façon dont les travaux se sont déroulés, au niveau du comité de haut niveau »

– « Le président Soro Guillaume a dit de laisser le temps pour la création du parti unifié. Ça veut dire qu’il faut travailler le dossier »

– « La grande action future du Pdci-Rda, c’est l’enrôlement »

– « La position du Pdci n’a pas varié, le président Bédié a dit qu’il ne variait pas et que pour lui en 2020, le candidat Rhdp sera issu du Pdci »

Après les récentes déclarations dans la presse de personnalités politiques du Rdr sur la question du parti unifié, Pr Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef, a fait, hier, des éclairages dans cette interview.

Monsieur le ministre, l’Assemblée nationale a fait sa rentrée, hier. Quel commentaire avez-vous par rapport au discours du président de l’Assemblée ?

Le président de l’Assemblée nationale est allé dans le sens du discours qu’il avait fait l’année dernière, c’est-à-dire qu’il a prôné la réconciliation et le pardon. Egalement, il a fait une incursion dans le débat actuel entre les hommes politiques où il pense que le discours doit être apaisant et de bon ton. Il faut éviter un peu les invectives en faisant allusion aux différents discours concernant le parti unifié. Son discours était bon. La configuration de l’Assemblée reste la même d’autant plus qu’avant de sortir, il a même interpellé les membres de la conférence des présidents que la semaine prochaine, il y aura une réunion de la conférence des présidents qui se compose du président, des vice-présidents, des présidents des groupes parlementaires et des présidents des commissions, pour faire le calendrier de la session. Donc, c’était une très bonne rentrée qui s’est très bien passée. Avec la présence de la présidente du Parlement Rwandais.

A quel niveau sommes-nous dans le débat sur le parti unifié entre les alliés ?

En fait, le Comité de haut niveau a travaillé. Je pense que nous sommes au niveau de la décision des présidents des partis. Ce que moi, j’ai compris, notre rôle, c’était un comité de réflexion et de faire des propositions aux présidents. Les propositions ont été faites, sauf qu’en lisant la presse, j’ai lu une déclaration du chef de la délégation du Rdr qui est le Premier ministre.

On va en arriver…

Donc, aujourd’hui, nous sommes au stade des propositions que nous avons faites aux différents présidents des partis.

Alors sur la question, en faisant référence à la presse, le chef de la délégation du Rdr, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a exposé que plusieurs voix s’élèvent au Pdci pour s’opposer au parti unifié et que le Rdr pourrait trancher sur cette question, demain jeudi, au cours d’un bureau politique ?

Ce que j’ai cru lire, c’est comme il y avait eu des accords qui ont été acquis et il avait l’impression que le Pdci revenait sur certaines choses. Là-dessus, je n’ai pas de commentaires d’autant plus que lui, il a parlé en tant que chef de délégation du Rdr et notre chef de délégation au Pdci, c’est le vice-président Kablan Duncan, dans le comité de haut niveau. Je fais partie de ce comité mais aux réunions de comité, c’est le vice-président Duncan qui est le chef de la délégation du Pdci-Rda. Donc, il pourra soit confirmer ou infirmer ce que le chef de la délégation du Rdr a dit. Donc, il n’est pas de mon devoir d’opiner là-dessus. Ça c’est du ressort des chefs de délégations. Cependant, ce que j’ai cru comprendre dans la mission qu’on nous a confiée, le comité de haut niveau, c’est un comité de réflexion et de propositions aux présidents. Donc le comité de haut niveau ne remplace pas les directions des partis d’autant plus que, comme vous le dites, le Rdr va en réunion du bureau politique. Ça veut dire qu’il y a des instances au dessus. C’est un comité de réflexion. Donc, les réflexions ont été faites. Maintenant en fonction de ce qu’il a dit, c’est au vice-président Duncan qui est habilité à parler au nom du Pdci-Rda de la façon dont les travaux se sont déroulés au niveau du comité de haut niveau.

Il a évoqué un accord sur 18 mois… ?

C’est ce que je viens de vous dire, c’est le vice-président Duncan qui peut en parler. Le fond, c’est du ressort du vice-président qui est notre chef de délégation. Parce que nous sommes disciplinés. Mais ce que je peux dire, c’est que dans la forme, c’est un comité de réflexion et de propositions.

Monsieur le ministre, sur la question du parti unifié, quelle est, donc aujourd’hui, la position du Pdci-Rda ?

On l’a dit. Le Pdci a dit qu’il faut renforcer le groupement politique et que le parti unifié, ça se construit par étape. C’est un processus et qu’aujourd’hui, c’est le renforcement du groupement politique qui est à l’ordre du jour. C’est ce que le Pdci a toujours dit.

Cela semble être la position du président de l’Assemblée nationale … ?

Oui, il a dit de laisser le temps. Ça veut dire qu’il faut travailler le dossier. Il faut travailler.

Le député Abel N’dioré, pour sa part, indique qu’aucun texte n’empêche le président Alassane Ouattara de briguer un 3ème mandat. Quel commentaire faites-vous ?

Pas de commentaire là-dessus.

Peut-on connaitre les grandes actions futures du Pdci-Rda ?

On a fini la restructuration. Actuellement, nous sommes en train de préparer l’enrôlement, le recensement électoral. Nous avons convoqué les délégués pour les mettre en mission, pour qu’ils s’attachent à cela parce qu’on a fait les restructurations, on a aujourd’hui les bases qui sont assainies. Il y a moins de comités fictifs. Maintenant, il faut mettre cela en mouvement. La première activité, c’est comment est-ce qu’on réussit le prochain recensement électoral. C’est ça la grande activité du parti.

Qu’est-ce que vous voulez que les militants retiennent en définitive sur le débat concernant le parti unifié ?

Mais, je l’ai déjà dit. Nous avons fait des propositions et ça se trouve au niveau des présidents des partis. Je n’ai rien à ajouter.

La position du Pdci n’a donc pas varié ?  

Non, la position du Pdci n’a pas varié d’autant plus que c’est dans votre journal que le président Bédié a dit qu’il ne variait pas et que pour lui en 2020, le candidat Rhdp sera issu du Pdci. Il a dit que ma position ne varie pas. C’est à vous qu’il l’a dit. Donc, moi je n’ai rien à ajouter là-dessus.

Interview réalisée par Patrice Yao, Paul Koffi et Diarrassouba Sory