Accueil Actualité Bepc 2019 : Des enseignants fraudeurs démasqués par la Deco

Bepc 2019 : Des enseignants fraudeurs démasqués par la Deco

994
0
Ibrahima Kourouma, Inspecteur général au ministère de l’éducation national

La Direction des examens et concours, Deco, a démasqué des enseignants qui se sont rendus coupables de fraude, lors de la session 2019 du Bepc. Dans un document rendu public lors d’un point-presse tenu ce jeudi, les détails de la fraude ont été révélés. Nous vous livrons l’intégralité du contenu de ce document.

LE CONTEXTE

Les actes de fraude enregistrés aux différentes sessions des examens à grand tirage, constituent une préoccupation majeure pour le Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle.

Cette situation est favorisée par le mauvais usage des outils de communication, notamment le téléphone portable et autres supports numériques.

Au regard de cet état de faits, Madame la Ministre de l’Education Nationale de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle a renforcé le dispositif de lutte contre la fraude à travers des initiatives vigoureuses, dont l’arrêté N°0074/MENET-FP/DECO du 06 avril 2018 portant interdiction de support de communication numérique dans les centres  pendant  les  examens  et  concours  relevant  du  Ministère de l’Education Nationale de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle.

Ce texte vient consolider l’arrêté interministériel n°0062/MEN/MESRS/METFP/MCF/MFPRA du 26 juillet 2011, modifiant l’arrêté interministériel n°0047/MEN/MESRS/MEFP du 20 juin 1995 relatif aux sanctions en cas de fraude commise par les candidats et acteurs et portant régime des réclamations aux concours et examens organisés par le Ministère de l’Education Nationale.

Au cours de la cérémonie de lancement de la session 2019, Madame la Ministre a rappelé fermement à tous les acteurs, la nécessité de développer un comportement éthique afin que l’équité, la justice et la qualité caractérisent les examens scolaires.

En dépit des conseils régulièrement prodigués, des mises en garde formulées et des sanctions prises, la tendance à la tricherie demeure persistante.

C’est pourquoi le ministère déploie chaque année, sur toute l’étendue du territoire, des équipes de supervision pour veiller au bon déroulement des examens.

LES FAITS

Les missions de supervision à l’examen du BEPC de la session 2019 ont permis d’appréhender un certain nombre de fraudeurs tant au niveau des candidats, des enseignants que de tiers qui, en réseau ou de manière isolée, ont contrevenu aux prescriptions en vigueur.

C’est le cas à Abengourou, à Gagnoa, à Divo, à Guitry, à Bouaflé, à Bonon et à Zuénoula où des enseignants, au mépris de la déontologie de leur métier, de la décence et du bon sens, ont transmis à certains candidats au moyen de leurs téléphones portables, des corrigés des épreuves.

Pour être plus précis, je peux vous citer quelques détails factuels :

A Abengourou, il s’agit de sept (7) enseignants dont six (6) ont été appréhendés. Quatre (4) ont été jugés et condamnés le mercredi 26 juin 2019, c’est-à- dire, hier, à une peine d’emprisonnement ferme de douze (12) mois, avec une amende de trois cents mille (300.000) francs CFA à payer solidairement. Deux (2) ont été relaxés pour délit non constitué. Un (1), Monsieur GOLY Olivier, professeur d’EPS dans un établissement

privé de la ville, est en fuite et activement recherché.

Ceux qui ont écopé d’une peine de prison sont les suivants :

Nom et prénomsMatriculeEmploiDiscipline
AKA Elichamant378 729 WProf   deCollègeEPS
KOUAME            kouaméClaude335 593 LProf   deCollègeAnglais
KOUAME Thierry Maxime430 079 FProf   deCollègeSVT-PC
KRA Koffi Jonas326 712 ZProf   delycéeMath

Quant à la candidate au centre de cette opération de fraude, elle a été condamnée à six mois de prison ferme assortie d’une amende de trente mille (30 000) francs CFA.

A Divo et à Guitry, quatre (4) enseignants ont été identifiés grâce aux téléphones portables des candidats destinataires des corrigés des épreuves qu’ils ont transmis.

A ce niveau, la suite à donner aux plaintes formulées par le Ministère permettra de prendre les mesures adaptées au degré d’implication des uns et des autres.

Il est bon de signaler que déjà, à Guitry, Monsieur ISSOUFOU KONE, Directeur des Etudes, introuvable après son audition par l’inspection générale du Ministère, a été arrêté finalement hier par la Gendarmerie de Guitry.

A Gagnoa, le téléphone saisi sur l’un des candidats a révélé l’existence de trois (3) réseaux de fraudeurs avec lesquels il a des liens, à savoir :

1 « BEPC 2 K 19 CI »

2 « Zone 2 succès au BEPC »

3 « Les futés zone 3 »

Ce candidat, arrêté puis relaxé par la police fait l’objet d’une plainte régulièrement déposée auprès de Monsieur le Procureur de la République près le Tribunal de première instance de Gagnoa par la Direction des Affaires Juridiques (DAJ) du Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle. Le Procureur a indiqué inscrire le traitement de cette plainte au cœur de ses priorités.

A Bonon, deux (2) surveillants, messieurs IRIE Bi Tra Jérémie, professeur d’EPS et YAPO Assi Pacôme, professeur de français, ont été pris par une équipe de supervision de l’Inspection générale au moment où ils se partageaient de l’argent soutiré à des candidats. Ils ont reconnu les faits et ont consigné leurs aveux dans leurs dépositions.

Source : Deco

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici