Accueil Actualité Convention du Pdci-Rda / Fulgence Kakou Bi Sotty : « Henri Konan...

Convention du Pdci-Rda / Fulgence Kakou Bi Sotty : « Henri Konan Bédié laissera une Côte d’Ivoire paisible à la nouvelle génération »

146
0
Le président Fulgence Kakou Bi Sotty demande encore un peu de patience à la nouvelle génération

A un mois de la convention devant désigner le candidat officiel du Pdci-Rda à l’élection présidentielle de 2020, le débat s’alimente et chacun y va de son analyse. S’invitant dans le débat, le mouvement ‘’J’aime le Pdci-Rda’’, dans un communiqué signé de son président national Fulgence Kakou Bi Sotty, donne de la voix pour soutenir la candidature du sphinx de Daoukro.

« Nous croyons en Dieu et nous savons que par lui, la Côte d’Ivoire retrouvera son lustre d’antan, au travers d’une véritable réconciliation qui fera de ce pays une véritable nation. Nous croyons avec le président Henri Konan Bédié, homme de pardon, de paix, de tolérance, la Côte d’Ivoire amorcera sa véritable politique d’émergence avec la liste en place d’un gouvernement d’union nationale qui s’attaquera aux problématiques (identitaire et foncier), afin d’assainir l’environnement afin de léguer à cette nouvelle génération dont on parle tant, un héritage sain », a-t-il écrit avant de proposer la mise en place d’un gouvernement d’union nationale.

« Après la mise en place de cette Côte d’Ivoire réconciliée, chacun rentrera dans sa chapelle et la nouvelle génération pourra désormais faire la politique, sans machette et fusils. Car tous les maux seraient déjà aplanis pendant la durée de ce gouvernement d’union nationale où tous ont participé, œuvré pour circonscrire toute chose dans le dialogue et débats contradictoires. Oui, que tous soient rassurés, le président Henri Konan Bédié laissera une Côte d’Ivoire paisible à la nouvelle génération. Cette nouvelle génération doit encore patienter car demain n’est pas loin », a-t-il conseillé.

Il a commencé par rappeler la hauteur d’esprit et la sagesse du président Bédié. « Ejecté du pouvoir en 1999 de façon injuste il y a donc 20 ans, on ne l’avait pas reconnu. On l’avait traité comme un malpropre, un dictateur et on l’a évincé du pouvoir sans une autre forme de procès. Et comme un agneau, il a quitté le pouvoir sous la contrainte des armes sans crier gar. Ni lui, ni en son nom, aucune goutte de sang n’a été versé. En tant que digne héritier d’Houphouët-Boigny, il a pardonné à ses bourreaux et a mis sur les fonts baptismaux, le Rhdp avant d’initier la création de la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (Cdrp) », a-t-il dit.

SERGE AMANY

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici