Accueil Actualité Corruption : Des experts de l’Onu à Abidjan pour évaluer la Côte...

Corruption : Des experts de l’Onu à Abidjan pour évaluer la Côte d’Ivoire

32
0
La Côte d'Ivoire évaluer en termes de corruption

Des experts-évaluateurs de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et la Criminalité (Onudc) séjournent à Abidjan pour évaluer à nouveau la Côte d’Ivoire sur son niveau d’engagement dans la prévention et la lutte contre la corruption. 

Les experts des Nations Unies ont eu, hier, une séance de travail avec les experts nationaux au sein de la Haute Autorité de la Bonne gouvernance. Selon Jennifer Sarvary Bradford, spécialiste de la prévention du crime et de la justice pénale au service de lutte contre la corruption et la criminalité économique, cette évaluation, permettra aux pays examinateurs d’avoir des clarifications sur le rapport d’autoévaluation transmis par la Côte d’Ivoire à travers le point focal de l’Onudc. 

« Ce mécanisme comprend deux cycles. Le premier cycle examine les chapitres 3 et 4 de la convention. Le deuxième cycle qui a démarré en 2016 regarde de plus près notamment sur le chapitre 2 sur les mesures préventives et le chapitre 5 sur le couvrement des avoirs. Nous savons déjà où nous en sommes. La Côte d’Ivoire, par le point focal, a bien soumis la liste de nos attentes. Maintenant, nous sommes là donc pour examiner les réponses et demander des clarifications pour mieux comprendre ce système de la Côte d’Ivoire. Nous avons toute la liste des informations mais tout ceci reste un processus confidentiel jusqu’à la fin », a indiqué l’experte onusienne. 

A en croire Mme Francine Aka-Anghui, point focal de l’Onudc et membre du Conseil de la Haute Autorité de la Bonne Gouvernance, la réussite de cette visite des experts venus de la Hongrie et de Djibouti représente un enjeu majeur pour la Côte d’Ivoire dans la mesure où les résultats de cet examen traduiront le niveau d’engagement du pays dans la prévention et la lutte contre la corruption. 

Mme Ndoubuissy Florence, directeur de Cabinet représentant le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, secrétaire exécutif du comité de coordination des actions liées au mécanisme d’examen de l’application de la convention des Nations Unies contre la corruption, a insisté encore sur les enjeux de cette évaluation. 

« Les résultats de cet examen mettront en évidence les avancées réalisées par notre pays dans la lutte contre la corruption et constitueront certainement un atout susceptible d’améliorer son rang au classement des pays les moins corrompus », a-t-elle souligné. 
Notons que ces experts de l’Onudc travailleront sur ce dossier durant trois jours.

J.N

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici