Accueil Actualité Côte d’Ivoire : Que vaut la parole d’Alassane Ouattara ?

Côte d’Ivoire : Que vaut la parole d’Alassane Ouattara ?

180
0

Ce jeudi, veille de la fête de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, le Président Alassane Ouattara s’est adressé à la nation dans un discours. Il a saisi l’occasion pour annoncer sa candidature à la prochaine élection présidentielle du 31 octobre 2020. Une annonce reçu par les Ivoiriens comme un coup de massue, comme une trahison. 

Une fois de plus, le Président Ouattara se présente aux Ivoiriens comme un homme dont la parole n’engage que ceux qui y croit. Ce jeudi, il a annoncé sa décision de briguer un troisième mandant, alors que la constitution de la République de Côte d’Ivoire, qu’il a lui-même modifié et qui a été adoptée par référendum a une écrasante majorité, le lui interdit. 

D’ailleurs, le jeudi 5 mars dernier, le Chef de l’Etat avait annoncé qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat à l’occasion de l’élection d’octobre 2020. « Tout au long de ma carrière, j’ai toujours accordé une importance particulière au respect de mes engagements. En conséquence, j’ai décidé de ne pas être candidat en 2020 », avait-il annoncé sous les applaudissements nourris des députés et sénateurs exceptionnellement réunis à la Fondation Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro. 

Pour Ouattara, l’heure était venu de laisser la place à une nouvelle génération. Elu en 2010, puis réélu en 2015, le Président ivoirien était donc constitutionnellement out pour l’échéance à venir. D’ailleurs, ses propres collaborateurs en étaient convaincus. 

« Il y a la continuité législative dont il est question dans l’article 183. Il n’y a donc pas de suspension. Au regard de l’article 183, ce n’est pas parce qu’il y aura la nouvelle Constitution que tout ce qui existait avant sera caduc. (…) Son excellence monsieur le président de la République a toujours dit qu’il ne sera pas candidat en 2020. C’est un homme de parole et je tiens à vous le rappeler, et je pourrai vous démontrer comment il lui sera impossible d’être candidat en 2020 », avait déclaré Sansan Kambilé, le garde des Sceaux et ministre du gouvernement du Président Ouattara, devant les députés en 2016. 

En revenant ce jeudi sur sa parole, Alassane Ouattara se renie, lui-même. Que vaut sa parole ?

Daouda Doumbia

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici