Accueil Actualité Dj Arafat : Comment son héritage sera géré

Dj Arafat : Comment son héritage sera géré

52
0

L’après Dj Arafat a du mal à être géré par ses proches. Y a qu’à voir les tous les conflits qui ont éclaté après son inhumation pour se rendre à l’évidence. D’abord, c’est Arnaud Jaguar qui a maille à partir avec la “Yorogang”.

Le dernier manager du chanteur a été accusé d’avoir détourné 2 millions de FCFA qu’aurait remis le ministre d’Etat, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, au collectif et label monté par le Daïshikan. Sommé de s’expliquer, Jaguar a finalement quitté le navire.

Récemment, c’est la mère de Dj Arafat qui, dans une vidéo, fustigeait certaines attitudes pendant les funérailles. Tina Glamour a même évoqué la perte de l’ordinateur de son défunt fils. Ordinateur qui, selon elle, aurait été volé. Mais le jeudi dernier, l’outil informatique lui a été remis. Cet ordinateur, selon une source, contiendrait des démos et des productions de l’artiste. Un précieux trésor que sa mère a vite fait de réclamer.

Mais toutes ces affaires sont loin d’être anodines. S’il y a tout ce tapage après la disparition de Dj Arafat, c’est bien à cause de son héritage musical. Interrogé sur une radio commerciale ivoirienne, il y a quelques mois, le chanteur avait confié à l’animatrice qu’il disposait d’une centaine de chansons inédites qu’il n’avait pas encore sorties. Ajouter à cela celles qu’il a déjà mises sur le marché et qui suscitent davantage l’intérêt depuis sa mort tragique. On comprend alors toutes ces agitations.

Tout est balisé

Dj Arafat possède un important héritage, sur le plan musical. Son talent, sa créativité et son influence lui ont permis d’enregistrer des chansons qui ont fait et qui continuent de faire danser le monde entier. Aujourd’hui qu’il n’est plus, la question des droits va se poser. Mais avant de quitter le monde des vivants, le chanteur a réglé la question. En effet, il y a quelques années, il signait un contrat avec la maison de disque Universal.

« Arafat est l’artiste le plus influent de la francophonie. C’est le troisième artiste le plus influent du continent », affirmait, récemment, Moussa Soumbounou, directeur de “Universal Music Africa”. A la mort de Yorobo, la maison de disque a pris les choses en main. « Notre rôle, en tant que producteur, est de pérenniser la portée de l’oeuvre de DJ Arafat mais aussi de préserver ses intérêts pour que les revenus qui en découlent puissent bénéficier à ses ayants droit.

Les droits de sa musique, le droit à l’image et la gestion des produits dérivés en sont une partie. Nous nous chargerons d’administrer et de défendre ces derniers avec rigueur et professionnalisme parce que tel était son souhait de son vivant. Concernant la musique de Didier, de nombreuses œuvres avaient été produites et restent inexploitées à ce jour.

Nous commercialiserons bientôt un album posthume qui sera la réédition de l’album « Renaissance » avec des inédits de DJ Arafat et des collaborations internationales et panafricaines », explique la maison de disque. Par ailleurs, des documentaires, des reportages et un film en hommage à l’artiste disparu le lundi 12 août dernier seront produits « pour que son image et son oeuvre restent à tout jamais gravées dans les mémoires ». Comme on le voit, tout a été balisé pour que l’héritage musical de Dj Arafat ne soit pas bradé.

Par EUSTACHE GNABA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici