Accueil Actualité EXCLUSIF ! Me Affoussiata Bamba explique l’enlèvement manqué de son père

EXCLUSIF ! Me Affoussiata Bamba explique l’enlèvement manqué de son père

337
0
Me Affoussiata Bamba-Lamine

Après le meeting de l’opposition, qui s’est tenu à Anono (Abidjan), Bamba Moriféré, président du Rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire (Rpci), a échappé à un enlèvement. Sa fille, Me Affoussiata Bamba-Lamine, explique ce qui s’est passé

Ce soir, il s’est déroulé des faits très graves au domicile du Pr Bamba Morifiéré. Tellement graves qu’ils méritent d’être portés à l’attention de la communauté nationale mais également de la communauté internationale. De quoi s’agit-il ? 

Une cohorte, je dis bien une cohorte d’hommes, en uniforme, sont arrivés à son domicile pour soit disant l’auditionner. Donc, au motif de cette audition qu’ils voulaient entreprendre, ils ont forcé sa résidence qui était gardée par sa sécurité, sont rentrés chez le Pr Bamba Morifiéré, et voulaient l’entendre. Il y avait pratiquement une vingtaine, 25 personnes, tant de la gendarmerie, du commissariat du 30ème, ont-ils dit. Egalement des hommes avec un véhicule sur lequel il était marqué « Groupement d’intervention mobile » . 

Toutes ces personnes voulaient entendre M. Bamba Morifiéré, en violant un principe qui est le principe de l’inviolabilité du domicile privé. Qui s’agit de violer le domicile privé d’une personne. Ils viennent et disent qu’ils ont une audition à entreprendre, à une heure indue, à pratiquement 20h passée. J’étais à son domicile en ce moment-là et je leur ai dit qu’il n’était pas possible de l’entendre, parce que je voulais voir s’ils étaient munis d’une convocation. Ils disent qu’ils avaient reçu des instructions. Je leur ai dit, « monsieur, les instructions que vous avez ne peuvent pas être verbales, parce qu’il s’agit, ici, de droit de la personne humaine. Donc, on ne peut pas débarquer comme ça dans un domicile privé le violer et demander à auditionner une personne. Ce n’est pas possible, et donc je leur ai demandé de partir. 

Ils ont refusé au départ, il s’en est suivi une discussion entre eux et moi-même, et la sécurité qui était là. Et, ce que j’ai compris, il s’agissait d’une tentative d’enlèvement du Pr Bamba Morifiéré. Parce qu’ils ne peuvent pas affirmer qu’ils soient venus en ce nombre si important pour venir l’entendre. Je pense qu’ils sont venus manifestement pour l’enlever.  N’eut été ma présence, et toutes les personnes qui étaient là, de sa sécurité et de la mienne,  je pense que l’irréparable aurait pu être commis. 

Heureusement que nous étions là et ils ont été obligés de rebrousser chemin et s’en aller. Nous allons, dès à présent, aller au 30ème et savoir comment ils ont pu venir dans un domicile privé, le violer comme ça. Quels sont ces faits qui justifient qu’ils se sont comportés de la sorte ? Et ensuite porter plainte parce que j’estime que ce n’est pas normal. Donc vous voyez, je le dis, nous sommes dans un Etat de non droit. 

On le dit, on le redit et aujourd’hui vous en avez la manifestation. Il était important que je le dise et montrer que nous n’avons pas peur. Ce ne sont pas ces intimidations, ce ne sont pas ces menaces qui vont empêcher les Ivoiriens de s’exprimer. Nous allons nous exprimer et dire ce qu’il y a à dire.

Avocat de Bamba Morifiéré

« Je viens d’arriver du 30ème arrondissement où  j’ai rencontré l’officier de permanence et je me suis entretenu avec son chef de service, le commissaire du 30ème arrondissement, tous deux m’ont fait savoir qu’ils n’étaient pas informés de cette descente policière. Le commissaire m’a suggéré de m’approcher de la préfecture de police pour avoir de plus amples informations. 

Les personnes qui sont venues, habillées en corps habillés, se sont réclamées être du 30ème arrondissement. Cela contraste avec ce que ces responsables de cette unité m’ont fait savoir. Qu’ils n’étaient pas informés, qu’ils n’avaient pas diligenté une telle mission et qu’ils n’étaient pas informés d’une telle mission. Dans tous les cas, nous sommes à la disposition de tous, le Pr Bamba Morifiéré n’a pas la prétention de se mettre au-dessus des lois  ou des règles et des règlements, il est respectueux de la loi, si une opération de police doit le concerner, qu’elle se fasse selon  les normes.

Que ce soit le Pr Bamba Morifiéré ou un citoyen lambda, chacun a un égal traitement vis-à-vis de la loi ». 

Propos recueillis Jean Prisca

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici