Accueil Actualité FIF – Dao Gabala révèle : « Nous avons trouvé une institution...

FIF – Dao Gabala révèle : « Nous avons trouvé une institution pauvre et endettée »

105
0

Voilà trois mois que le Comité de normalisation de la Fédération ivoirienne de football (CN-FIF) est en place. Sa mission, « tout déblayer pour avoir une maison plus convenable ». Ainsi, soixante jours après leur prise de fonction, les membres de ce Comité ont fait un premier bilan de leurs actions en faveur du retour à la normale au sein de la famille du sport roi en Côte d’Ivoire.

A en croire les nouveaux patrons du football ivoirien, les deux premiers mois ont permis de comprendre le fonctionnement de la FIF. Désormais, Mariam Dao Galaba, la présidente du Comité de normalisation, et son équipe veulent passer à une autre étape : « recoudre le tissu du football ivoirien qui est profondément déchiré. Nous nous attelons à tout déblayer pour avoir une maison plus convenable. Les chantiers sont vastes au niveau de toutes les structures », a-t-elle déclaré, le samedi dernier, lors d’une rencontre avec des médias. Au cours de cette rencontre, elle et ses plus proches collaborateurs ont fait un premier point de leurs actions.

« Les caisses étaient pratiquement vides »

C’est la crise pré-électorale à la FIF qui a poussé la FIFA à mettre le football ivoirien sous normalisation. D’importantes divergences existaient entre le Comité exécutif et une bonne partie des acteurs. De nombreux soupçons pesaient sur Sidy Diallo et son équipe. Beaucoup de choses leur étaient reprochées. Qu’a constaté le CN-FIF en s’installant à la maison de verre de Treichville ? « Nous avons trouvé une institution pauvre et endettée. Les caisses étaient pratiquement vides quand nous sommes arrivés. Il n’y avait quasiment pas de ressources disponibles. Nous avons même eu des difficultés à payer les salaires du mois de février. La FIF a une trésorerie négative de près d’un milliard de F.CFA », a révélé Dao Gabala.
Et pour comprendre ce qui s’est passé, un audit a été commandé par le Comité de normalisation. « Il faut savoir que nous n’avons pas commandé cet audit pour faire une chasse aux sorcières. Nous l’avons fait pour savoir l’étendue financière dont dispose la FIF. C’est pour cela que l’audit est fait à partir de 2019 et 2020. Les audits se poursuivent et les résultats, nous allons d’abord les donner aux présidents de clubs. Libre à eux d’aller les divulguer à qui ils veulent », explique la patronne du football ivoirien. Autres contacts, les emplois fictifs. A en croire les nouveaux locataires de la FIF, des employés fictifs émargeaient à la FIF. « Quand nous sommes arrivés, il nous a été signalé 100 employés à la FIF. Nous avons entamé des investigations pour tirer au clair la situation des emplois à la FIF. L’état des lieux et les audits continuent. Et, on en saura davantage sur cette affaire », indique Mariam Dao Gabala.

La Ligue 1 exclusivement à Abidjan
Récemment, le Comité de normalisation a pris la décision de faire jouer la Ligue 1 exclusivement à Abidjan. Cette décision, selon les autorités du football ivoirien, vient du fait qu’elles souhaitent contrôler les tests COVID et avoir les résultats à temps. « Nous voulons maîtriser les mesures édictées par le Ministère de la Santé », fait savoir Dao Gabala. Toutefois, cette décision ne réjouit pas tous les acteurs. Mais la présidente du Comité de normalisation rassure. « Nous pouvons les rassurer qu’il y aura des compensations. Nous sommes en négociations avec l’INJS et d’autres structures pour leur faciliter l’hébergement à Abidjan. Maintenant, pour ceux qui ne veulent pas jouer à Abidjan, ça sera leur choix. Nous allons constater et appliquer les textes », prévient-elle

L’Africa Sports bientôt sous administration provisoire ?
Autre sujet abordé par le Comité de normalisation, à l’occasion de son point d’activités, c’est la situation de crise à l’Africa Sports d’Abidjan. Alors qu’un accord avait été trouvé entre les présidents Alexis Vagba et Antoine Bahi, un groupe de supporters a investi le siège de la FIF, récemment, pour manifester. Une situation qui agace Dao Gabala « Nous avons trouvé un club totalement divisé. Nous avons tenté la réconciliation sans y parvenir. Nous allons prendre une décision parce qu’on a besoin d’un seul président. Il n’est pas question que l’Africa Sports entache le bon déroulement du championnat. Et, si les deux camps ne parviennent pas à un accord d’unification, nous allons mettre une administration provisoire », avertit Dao Gabala.

Droits télé
La nouvelle saison de football a démarré. Mais contrairement aux années antérieures, la subvention est réduite. Les clubs ont reçu 10 millions de F.CFA avant que le ballon ne roule. Pour la normalisation, la baisse du montant des droits télé alloués aux clubs est relative à la situation actuelle. « On était dans une situation exceptionnelle qui nous obligeait à réduire la subvention accordée aux clubs. Le championnat, cette année, sera d’une courte durée. Nous avons donc fait un deal gagnant-gagnant avec les clubs. On peut dire que c’est du 50/50 », explique-t-elle.

« On ne change pas une équipe qui gagne »
La question du contrat du sélectionneur national a également été abordée. Alors que son contrat est arrivé à échéance, Patrice Beaumelle bénéficie du soutien sans faille des nouveaux dirigeants de la FIF. Et les résultats des Eléphants plaident en sa faveur. En effet, le technicien français a réussi à qualifier la Côte d’Ivoire pour la prochaine Coupe d’Afrique des nations (prévue au Cameroun du 9 janvier au 6 février 2022), alors que la situation était mal embarquée. « Je voudrais d’abord féliciter le coach Beaumelle et ses joueurs pour la belle qualification pour la CAN 2021. Ils peuvent être rassurés et sereins. Ils auront tous les moyens pour aller à cette CAN. Mais, nous comptons, surtout, sur eux pour les Éliminatoires du Mondial. Ils doivent nous qualifier pour la Coupe du monde. Quant à Patrice Beaumelle, il n’a pas à inquiéter. Son contrat sera renouvelé. On ne change pas une équipe qui gagne. Il y a une belle complicité entre lui et ses joueurs », a déclaré Dao Gabala.
Par EUSTACHE GNABA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici