Accueil Actualité Fraude sur la nationalité: Un réseau de fausses CNI découvert

Fraude sur la nationalité: Un réseau de fausses CNI découvert

809
0

La fraude sur l’identité reste un sujet crucial en Côte d’Ivoire. Le week-end dernier, un redoutable faussaire de pièces d’identité a été pris à Daoukro. Selon des indiscrétions, le sieur Traoré Magna doit sa malchance aux forces de sécurité de la localité qui ont pu mettre le grappin sur lui.

Il aurait été appréhendé sur dénonciation des certaines autorités administratives de la ville de Daoukro. Une source digne de foi que nous avons pu joindre au téléphone, fait savoir que l’affaire serait partie d’un jeune homme qui s’est rendu à la sous-préfecture pour se faire établir une copie d’extrait d’acte de naissance. A la signature du document, l’officier d’Etat civil, très instruit en la matière, découvre des éléments pas tout à fait clairs qui ne manquent pas d’attirer son attention. 

Le jeune est alors soumis à un interrogatoire. L’incohérence dans ses explications aiguise encore plus la curiosité des autorités compétentes. « L’enfant a dit qu’il est né à Daoukro, alors que l’extrait de naissance en sa possession a été produit à Ouangolodougou » relève ce témoin des faits. Des vérifications faites par les autorités administratives de Daoukro auprès de leurs collègues de Ouangolodougou, précise notre interlocuteur, il s’est avéré que les dires du mis en cause ne sont nullement fondés.

« Il se trouve que ce nom n’existe pas là-bas. L’enfant va informer l’autorité qu’un individu est venu leur proposer l’établissement d’un certificat de nationalité. Ce dernier demande à son client, un extrait d’acte de naissance et le papier d’un parent. Le jeune détient un certificat de nationalité de sa mère » poursuivit notre source.

Suite à cette révélation troublante, une perquisition a été engagée. Traoré Magna a été pris. Grande fut la surprise de tous de constater qu’il détenait un laboratoire bien garni de documents administratifs : Un bon nombre d’extraits de naissance et des certificats de nationalité. « Quand le magistrat signe le certificat de nationalité, le cadre est apparent. Alors qu’ici, ce cadre n’existe pas » souligne notre source.

Pis, on découvre que la femme détentrice du certificat de nationalité n’est pas la mère de l’enfant. « Du pur montage. Il prend une photo imaginaire et colle le nom patronymique du demandeur. Ce sont des noms imaginaires. La mère est née en 1951. Quand on regarde l’âge de l’enfant, la mère l’aurait accouché au moins à 49 ans. Toutes ces photocopies font l’objet d’un montage ». « Dans son labo, on découvre qu’il y a 10 familles recensées pour l’établissement des documents à raison de 35 000 F Cfa, ce qui fait un total de 350 000 F Cfa » confie notre source.

C’est le tour de Traoré Magna de passer aux aveux. « Il dit qu’il ne fait pas le travail tout seul. Une fois en possession de l’argent, il part rencontrer son acolyte à Abobo, devant la mairie. Un certain Ben qui vient chercher, sur rendez-vous, les faux documents pour procéder au montage » dénonce l’homme. Dans les images qui nous sont parvenues, hier, par voie électronique, on voit une carte nationale d’identité (Cni) établie en 2015 et qui expire en 2025. Daoukro n’est pas la seule ville visitée par le faussaire Traoré. Il serait déjà passé par Dimbokro et dans plusieurs autres villes. Au dire de notre informateur, une enquête policière serait en cours pour démanteler ce vaste réseau de faussaires de pièces d’identité. Il faut souhaiter qu’elle aboutisse.

JB.K

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici