Accueil Actualité Guéhi Vêh : « J’ai besoin d’une prise en charge pour mes...

Guéhi Vêh : « J’ai besoin d’une prise en charge pour mes soins »

99
0
Guei Vêh (à gauche) en compagnie d'Alain Tailli venu lui apporter soutien

De nombreux artistes, faute de couverture sanitaire, souffrent en silence dans le dénuement. C’est le cas du comédien Guéhi Vêh qui, on se souvient a été victime d’un accident vasculo-cérébral (Avc), qui lui a occasionné une hémiplégie partielle du côté droit. 

De passage à la Rti, nous l’avons rencontré à l’espace « Rfk », mercredi. De mobilité très réduite, Guéhi Vêh appelle le président de la République et le gouvernement au secours, pour poursuivre la création artistique dans le secteur du cinéma. 

« J’ai besoin de l’argent de la présidence de la République pour continuer à faire mon travail de comédien à travers la réalisation de mes films, parce que j’ai des scénarii. J’ai donc besoin d’au moins 10 millions Fcfa pour le faire. De plus, je souhaite obtenir une prise en charge médicale. Je ne sais pas les pièces à fournir pour être éligible à la subvention mensuelle de 300.000 Fcfa du ministère de la Culture et de la francophonie, comme le doyen Adjé Daniel et autres », a déclaré l’artiste. 

Il a par ailleurs déploré le manque de solidarité dans le milieu dans lequel il exerce. « Je suis livré à moi-même, car le président de la République ne m’a pas encore reçu. Mais de bonnes volontés, des personnalités telles que le ministre de la Construction, la ministre Kandia Camara et bien d’autres m’ont soutenu financièrement de façon ponctuelle », a-t-il toutefois reconnu non sans les remercier encore une fois. 

Malgré tout, Guéhi Vêh dit bien se porter, même s’il esg encore marqué par les séquelles de la maladie. « Je me porte bien. Dieu m’a rendu service hier soir (mardi, Ndlr). Je demande à mes amis d’arrêter de boire. C’est ce qui m’a donné la paralysie depuis deux ans et demi. Que ceux qui aiment courir les femmes « dament » dessus. Les femmes qui courent trop les hommes, qu’elles arrêtent. Il faut avoir un seul homme et une seule femme dans sa vie », a-t-il conseillé. 

Pendant que les artistes, même malades, recherchent des moyens pour travailler, le gouvernement a financé les obsèques de Dj Arafat à hauteur de 150 millions Fcfa, tirés des ressources fournies par la sueur du contribuable. Pourquoi deux poids de mesures ?

Serge Amany 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici