Accueil Actualité Insertion professionnelle : Les handicapés crient leur colère

Insertion professionnelle : Les handicapés crient leur colère

85
0

L’Union des communicateurs pour l’handicap (UCH) en collaboration avec le ministère de l’Emploi et de la protection sociale a organisé, le mercredi 23 septembre, un panel au siège du Conseil national des droits de l’homme à Cocody Vallon.

Ce panel avait pour thème : « La communication est un droit ». Cette cérémonie avait pour marraine, la Présidente du Conseil National des droits de l’Homme. Le président de l’UCH, Alain Sépo, a saisi cette tribune pour faire des doléances à leur ministre de tutelle.

L’objectif de cette rencontre est de mobiliser et sensibiliser les hommes de média pour la promotion sociale et le respect des droits des personnes handicapées. Communiquer afin de changer le regard négatif des autres sur les personnes handicapées.

Mme Agnès Kraidy, Présidente du Réseau des femmes journalistes et professionnelles de la communication de Côte d’Ivoire, a développé le 1er sous-thème : « La communication pour le journalisme et comportement en faveur des personnes handicapées ». Elle a appelé les handicapés à avoir un regard de modèles sur les personnalités du pays qui sont handicapées. « Les personnes en situation d’handicap peuvent réussir », a-t-elle conseillé.

Le ministre Dogbo Raphaël, président de la FAHCI, quant à lui, a développé le 2e sous-thème : « La communication, le plaidoyer pour une meilleure prise en compte des personnes handicapées dans les programmes de développement ». Le ministre Dogbo Raphaël invite la société à l’inclusion des handicapés. « Il ne faut pas exclure les handicapés dans la société. Les journalistes doivent nous aider à faire comprendre que nos déficiences ne sont pas une fin en soi. On a besoin que notre société soit inclusive.

Les personnes en situation de handicap ont le même droit que la population. Pour instaurer l’inclusion, il faut combattre l’exclusion. Il faut que les mentalités changent. Que la société considère que nous sommes là et qu’ils doivent nous prendre en compte, ils ne doivent rien faire sans nous ». A-t-il insisté.

Enfin, M. Kouassi Alfred, lui, a développé le 3e sous-thème « Le renforcement des capacités des hommes et des structures de médias en vue d’un meilleur traitement des questions du handicap ».

Par Céline Ipou

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici