Accueil Actualité Jeannot Ahoussou Kouadio le« mohican » referma la porte !

Jeannot Ahoussou Kouadio le« mohican » referma la porte !

430
0

Lorsque je me suis résolu à prendre enfin connaissance de la teneur du message qu’il a abandonné presque nuitamment sous la porte de l’histoire ivoirienne, JAK, celui que ces nouveaux fans appellent affectueusement en trichant avec l’ordre administratif de son nom, espèrent secrètement que la chronologie de son passage dans sa nouvelle formation aura les mêmes rebondissements et le même succès que l’acteur confirmé qu’est le cinéaste américain (JAK BAUER). Au détour de cette lecture pénible que j’ai dû faire au pas de course, mon attention a été happée par ce bout de phrase du député Ahoussou: « le serpent n’est pas encore mort. Evitons les alliances qui peuvent nous compromettre. Je n’ai pas envie d’aller en exil en 2020 et pour cette cause, nous allons occuper le terrain pour porter la parole qui rassemble ». Ainsi pour le Président du conseil régional qui prône le rassemblement, à moins de privilégier un rassemblement sélectif à connotation politique, je trouve anachronique qu’il évoque, dans la même phrase, la mort d’un reptile qui ne serait pas mort.

Certains diraient heureusement qu’il n’est pas mort ! Est-ce que la politique qui semble être un fourre-tout vindicatif plein de morgue gratuite, nous autorise à user et à abuser de telles images sur le long terme et quelle que soit l’actualité socio-politique ? En politique, ce n’est pas au ministre que je vais faire noter cela, aucune image n’est immobile et indélébile par essence, selon qu’on change de position stratégique ou non, l’image d’hier peut se muer en une autre aux critères nouvellistes. A preuve, le « serpent » dont il parle semble avoir les allures d’une « colombe » aux bonnes mœurs  aujourd’hui, raison pour laquelle, de nouveaux admirateurs lui jettent des œillades de nature à « forniquer » avec ! Et puis, il y a des serpents qui sifflent mais qui ne piquent pas ! Et même ceux dont les morsures sont redoutées, il arrive que des hommes comme vous et moi, les adoptent pour domestication ou apprivoisement en vue de séduire nos visiteurs et peut-être, pour leur foutre la trouille de leur vie ! A moins de reformater le « vivre ensemble » du RDR, je ne vois pas comment il compte sillonner le terrain en choisissant ceux qu’il veut rassembler au détriment de ceux qui détiennent des cartes d’électeurs, et qui ne méritent pas à ses yeux d’être rassemblés ! Avouez que l’équation qui nous est proposée par l’acteur ne manque pas d’épices !

Enfin passons. Diantre, qui a dit au Premier ministre qu’il ne verrait pas d’inconvénient à prendre un ticket pour l’exil ? Et puis, on irait en exil pour fêter quoi, la victoire ou la défaite ? Un Houphouëtiste pour moi le néophyte sympathisant, c’est quelqu’un qui est imbu d’optimisme et qui se prélasse à longueur de journée sur le rivage sablonneux du positivisme. Mais si ça se trouve monsieur ex président des élus et cadres PDCI-RDA du Grand Centre, sans même attendre l’horizon que vous avez évoqué, voilà que selon moi, vous êtes déjà dans les bras moites et outrancièrement poilus de l’exil !

Le seul fait de choisir la valse de la « cavale », en tournant le dos au parti qui vous a tout donné et auquel vous avez tout pris, à un moment où celui-ci fondait de gros espoirs sur votre capacité à faire montre de votre fidélité tout feu tout flamme à son égard, est une démarche vernie du tapis rouge qui conduit en sens unique vers la presqu’île de l’exil. Je voudrais, sauf votre respect monsieur le président du Sénat, vous faire remarquer que cet exil, contrairement à celui auquel vous pensez (le classique), est mille fois plus infamant. Car, pour de simples raisons de gras-double, vous tournez sans élégance aucune le dos aux idéaux pour lesquels vous avez usé de votre temps et de votre imagination pendant de longues années. Quitter ces valeurs pour en épouser des nouvelles auxquelles on est étranger, n’est pas un critère stable de la liberté.

Au surplus, la prison de l’exil ne déploie pas que des frontières physiques, souvent et toujours, elles se construisent dans le périmètre exigu de la tête. Pour ainsi dire monsieur le député, le véritable exil surtout pour un homme politique de premier plan comme vous l’étiez dans un passé récent, se définit par son inconstance à garder le cap, dans son propre pays, sur ses convictions et avec ses idéaux pour le grand bonheur du peuple qu’il prétend servir. Cher frère Ahoussou Kouadio, permettez-moi de poser ma dernière question à l’ancien président des élus et cadres PDCI-RDA du Grand Centre : Le « RHDP », pour ne pas dire le RDR, est un parti politique qui s’est constitué en 1994 en sortant du parti ancêtre qu’est le PDCI-RDA.

Pourquoi à cette époque, vous ne comptiez pas au nombre des membres fondateurs, encore moins ceux qui ont manifesté à visage découvert leur inclination à prendre fait et cause pour ce nouveau parti qui ouvrait les bras à l’aventure ? Peut-être qu’à cette époque, vous les trouviez un peu trop suicidaires à votre goût ? Et puis, ce nouveau parti qui ne pouvait survivre qu’en comptant sur ces cotisations propres, quel avenir sérieux pouvait-il bien courtiser dans ses rêves les plus fous ? Pour être sorti bruyamment des entrailles du PDCI-RDA, ce RDR là était un démembrement représentatif de l’Houphouëtisme, ils reprochaient juste à une certaine frange du parti, d’être les mal aimés des instances ? Les rejoindre seulement aujourd’hui est non seulement tardif, suspect et sans le moindre mérite ! Je vous plains vous qui faites figure du dernier Mohican ! N’oubliez pas, vous et tous les autres, vous êtes installés comme sur un banc ; sur une grotesque balançoire qui ne marque jamais de temps d’arrêt.

De sorte que pour se libérer de cette danse incessante, il faut risquer un saut périlleux en s’appuyant sur les genoux des voisins immédiats.

Je vous imagine dans une case où les questions de succession aux postes prestigieux du village ont été réglées avec impossibilité d’ouvrir ce chapitre tant que les bienheureux pressentis sont en grâce ! Que dire, bon balancement !!!

KONE Kobali, Libre auteur, créateur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici