Accueil Actualité Journée mondiale de la Culture africaine et Afro-descendants :Pour une célébration dans...

Journée mondiale de la Culture africaine et Afro-descendants :Pour une célébration dans tous les pays du monde

31
0

Le dimanche 24 janvier prochain il sera célébré la 2e édition de la Journée mondiale de la Culture africaine et Afro-descendants (JMCA). En Côte d’Ivoire, les festivités auront lieu à Treichville. Hier, le comité d’organisation a donné les grandes orientations de cette célébration.

Depuis le 22 novembre 2019, la Conférence générale de l’Unesco a adopté la JMCA, célébrée le 24 janvier de chaque année. Le gouvernement ivoirien l’a ratifiée en conseil des ministres, puis l’Assemblée nationale l’a adoptée. Alafé Wakili, directeur général de Totem Communication et président du comité d’organisation de cette Journée, a évoqué l’importance de sa célébration. « Si on célèbre la musique dans le monde entier, si la fête de la musique est devenue aujourd’hui un événement mondial, pourquoi ne pas célébrer la culture africaine dans tous les pays ? Il n’y a pas un pays au monde où il n’y a pas d’Africains. Donc, la Journée de la Culture africaine et Afro-descendants doit être célébrée dans tous les pays du monde. Cette initiative, il faut y croire. Et nous y croyons. J’espère que cette année, il y aura une déclaration solennelle du gouvernement, comme c’est le cas lors des autres journées », a-t-il déclaré.

Parrain de cette célébration, l’Unesco y attache une importance particulière. Et Anne Lemaistre, représentante de l’institution onusienne en Côte d’Ivoire, l’a expliqué. « C’est une initiative très récente qui a été adoptée après un long plaidoyer des pays africains. Pourquoi le choix de la date 24 janvier ? Parce que c’est à cette date correspondante qu’a été adoptée la charte de la Renaissance culturelle africaine. Pour nous, la culture est un levier de développement durable, de rapprochement des peuples, de partage. (…) Les peuples les plus avancés, aujourd’hui, ont accordé, hier, une place importante à leur patrimoine culturel », a-t-elle indiqué.

L’Afrique aspire à un développement durable. C’est pourquoi le ministre de Culture s’engage dans cette aventure. Koffi Tougbo, conseiller technique au ministère de la Culture et de la francophonie, représentant la ministre de la Culture, l’a si bien signifié dans son discours.
EUSTACHE GNABA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici