Accueil Actualité Marche des balayeuses : Elles réclament des arriérés de salaire de depuis...

Marche des balayeuses : Elles réclament des arriérés de salaire de depuis 2011

304
0
Les femmes balayeuses ont crié leur mécontentement dans les rues

Embouteillage monstre, hier, pour sortir de la commune de Yopougon. Et pour cause, une marche de balayeuses de rue, débutée à Yopougon Siporex, jusqu’à l’autoroute du Nord dans le sens Yopougon Adjamé, a causé de nombreux désagréments aux usagers. Celles-ci réclament des arriérés de salaire sur plusieurs mois.

Sur des pancartes qu’elles tenaient, on pouvait lire « donnez notre argent, on veut notre salaire », « respectez nos droits, l’ouvrier mérite son salaire, c’est la sueur de nos fronts » « Depuis 2011, nous sommes sans salaire, président ADO, aie pitié de nous » « Nous voulons notre salaire de balayage de depuis 2011 » « Président ADO au secours, on veut nos salaires ». Et d’autres scandaient « on veut notre salaire, on veut fêter décembre » « nos enfants vont pas à l’école, on veut notre salaire ».

Elles entendaient marcher jusqu’à la présidence pour se plaindre au président sur la situation qu’elles vivent. Certaines traînent 21 mois de salaires impayés et d’autres bien plus, des arriérés depuis 2011. « On se lève tôt le matin pour balayer les rues, nous rendons les rues propres, pendant que d’autres personnes, assises dans les bureaux climatisés, se sucrent sur notre dos » dénonce Mme Goli.

Voulant se rendre au Plateau pour se faire entendre, elles ont été dispersées à coups de lacrymogènes par les forces de l’ordre. « Nous voulons simplement nous faire entendre, nous vivons dans la misère, obligées parfois de mendier pour nourrir nos enfants, faute de salaire. Comment un homme peut-il travailler et ne pas percevoir son salaire? Nous travaillons sous la pluie, le soleil, dans des conditions extrêmement difficiles et à la fin, rien. Trop, c’est trop, on veut notre argent » explique, révoltée, dame Koné F.

Jean Prisca

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici