Accueil Actualité Menaces sur les examens de fin d’année-Kandia Camara, ministre de l’Education nationale...

Menaces sur les examens de fin d’année-Kandia Camara, ministre de l’Education nationale : « Les perturbateurs assumeront les conséquences de leurs actes »

483
0
EXAMENS, KANDIA CAMARA

Au cours d’un point de presse, la ministre ivoirienne de l’Education nationale, Kandia Camara, a abordé tous les points qui menacent les examens à grand tirage qui s’annoncent. Ci-dessous sa déclaration

Mesdames et Messieurs les journalistes,

D’entrée de jeu, je voudrais vous saluer et à travers vous, saluer tous les organes de la presse écrite et de l’audiovisuelle que vous représentez.

L’année scolaire 2018-2019 se présente comme une année particulière du fait des perturbations engendrées par les grèves provoquées par des syndicats d’enseignants.

Les arrêts incessants des cours dans les établissements ont eu un impact négatif considérable non seulement sur le rythme des apprentissages, mais également sur le contrôle continu et les évaluations sommatives internes.

Il y a donc nécessité de prendre des mesures règlementaires et pédagogiques dans l’intérêt supérieur de l’élève et pour que le système éducatif ivoirien reste conforme aux standards et normes internationaux en matière de quantum horaire et de base curriculaire par discipline d’enseignement.

Ainsi, après examen de la situation, j’annonce ici les réaménagements suivants:

1. Le découpage de l’année scolaire:

* dans l’enseignement général, l’année scolaire va fonctionner en deux semestres au lieu de trois trimestres.

* dans l’enseignement technique et la formation professionnelle, le mode de fonctionnement ne change pas (semestres).

2. Les dates des examens scolaires:

* Les changements concernent le CEPE qui se déroulera désormais le lundi 1 er juillet 2019 au lieu du 5 juin comme initialement annoncé.

* Les dates des examens du BEPC et du BACCALAUREAT restent inchangées. Du 17 au 21 juin pour le BEPC et du 8 au 12 juillet pour le BAC.

Comme vous le constatez, ces changements interviennent pour juguler les conséquences des grèves afin de créer les conditions, les meilleures de succès de nos élèves. Ce faisant, notre département ministériel, prendra toujours ses responsabilités pour sauvegarder le droit à l’éducation et à la bonne formation de l’enfant ivoirien.

C’est dans cette optique qu’un séminaire a été organisé à Grand-Bassam du 10 au 12 avril 2019, avec l’ensemble des syndicats du sous-secteur éducation, dont la COSEFCI, pour finaliser les négociations sur les différents points de revendications.

Les conclusions de ce séminaire sont sur la table du Gouvernement qui est en train de les examiner afin d’y apporter des réponses.

Contre toute attente, au moment où nous prenons ces mesures pour une fin d’année scolaire réussie et alors que le Gouvernement s’active à répondre aux préoccupations des syndicats, la COALITION DES SYNDICATS DU SECTEUR EDUCATION-FORMATION (COSEFCI) lance à nouveau un mot d’ordre de grève.

Je voudrais marquer ma surprise devant cette attitude de la COSEFCI. Et je m’interroge. Que cherche ce syndicat en réalité ?

– Perturber les examens à grands tirages?

– Pousser les enfants dans la rue?

– Faire peur aux partenaires?

En effet, cet énième mot d’ordre de grève tranche avec la volonté appuyée de l’ensemble de la communauté éducative de contribuer au retour de la sérénité à l’école.

Je voudrais donc en appeler au sens de la responsabilité de tous les acteurs qui doivent contribuer à créer un climat propice à la bonne prise de décision relativement à leurs préoccupations.

En tout état de cause, les dispositions seront prises pour permettre le bon déroulement des enseignements. Les perturbateurs assumeront les conséquences de leurs actes.

Je lance encore un appel à tous les acteurs de l’école: enseignants, élèves et parents d’élèves à œuvrer pour ne pas que prospère cette autre perturbation qui pourrait compromettre tous les sacrifices consentis.

  • Travaillons à l’achèvement des programmes scolaires.
  • Travaillons à une bonne préparation des élèves candidats aux différents examens.
  • Le pays nous regarde et notre conscience nous y oblige!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici