Accueil Actualité Présidentielle 2020 / Amoikon Kouakou Banga, maire et délégué communal PDCI-RDA Abengourou...

Présidentielle 2020 / Amoikon Kouakou Banga, maire et délégué communal PDCI-RDA Abengourou : « Dans l’Indenié-Djuablin, c’est le PDCI-RDA qui rayonne »

208
0

La question du troisième mandat voulu par Alassane Ouattara polarise actuellement l’actualité politique en Côte d’Ivoire à moins de deux mois des joutes présidentielles. Le premier magistrat de la commune d’Abengourou, par ailleurs délégué communal du PDCI-RDA qui affiche clairement son optimiste quant à la victoire du parti septuagénaire au soir du 31 Octobre prochain si toutes les conditions sont réunies pour des élections transparentes, donne sa position sur la question, dans cet entretien.

Monsieur le délégué communal, pour l’élection présidentielle à venir, quelles sont les chances du PDCI-RDA à Abengourou?
Déjà au plan national, notre combat porte essentiellement sur la nécessité et l’exigence de la transparence du processus électoral. Nous voulons de la Côte d’Ivoire, un pays démocratique. Notre pays ne peut pas rester en marge des standards internationaux en termes de gouvernance, de démocratie et de liberté individuelle. L’exigence majeure de nos populations est qu’il y ait des élections présidentielles démocratiques transparentes. La délégation communale du PDCI-RDA d’Abengourou se porte très bien. Tous les acteurs, au niveau local, sont déterminés, engagés, enthousiastes et participent au quotidien à la vie du parti. A l’investiture du président Henri Konan Bédié, le samedi 12 Septembre dernier, la délégation communale s’y est rendue avec plus d’un millier de personnes. Aux dernières élections locales, le PDCI-RDA a presque tout raflé dans notre région. Aujourd’hui, nous sommes plus organisés et sommes prêts à renforcer notre base électorale. Pour les élections présidentielles à venir, si les choses se déroulent dans de bonnes conditions, il n’y a aucune raison que le PDCI-RDA ne gagne pas la présidentielle à Abengourou. Nos populations et communautés que je visite tous les jours, sont prêtes à voter massivement le président Henri Konan Bédié. Le PDCI-RDA ne laissera aucune place à une autre formation politique.

Le ministre Adom Roger a été coopté par le Rhdp pour faire basculer l’électorat du PDCI-RDA à Abengourou. N’avez-vous pas des appréhensions ?
Le ministre Adom Roger fait son travail et il le fait pour le RHDP dont le poids ne peut pas modifier l’électorat du PDCI-RDA à Abengourou pour la présidentielle. A Abengourou comme dans l’Indenié-Djuablin, c’est le PDCI-RDA qui rayonne. Notre parti ne peut être influencé par des nominations. Le ministre Adom Roger fera ce qu’il peut mais cela ne changera absolument rien dans le combat que nous menons à la base au niveau du PDCI-RDA.

A ce niveau, quelles sont les actions concrètes que vous menez sur le terrain pour le retour effectif du PDCI-RDA aux affaires ?
Nous avons déjà démarré la pré-campagne à notre niveau. Cela fait au moins deux mois que nous sommes sur le terrain pour parcourir la commune à faire du porte à porte dans le but d’informer nos militants, les mettre en alerte afin que le jour « j », ils aillent accomplir leur acte citoyen si les choses se passent dans de bonnes conditions. C’est le terrain seul qui parle en matière électorale.

Parlant justement de conditions, des manifestations de l’opposition se déroulent, depuis quelques semaines, à travers le pays, pour dire non au 3eme mandat d’Alassane Ouattara. Abengourou est-elle prête à aussi se dresser contre cette forfaiture ?
Abengourou est dans le mouvement général. Si les instructions viennent de la direction du parti, les militants d’Abengourou ne resteront pas sourds. Les récentes manifestations à Abengourou ont été spontanées pour dire non à un 3eme mandat d’Alassane. Un élément très important figure dans cette histoire de 3eme mandat. La limitation du mandat présidentiel à deux, provient d’abord d’un accord politique que tous les acteurs de la vie politique nationale ont signé après le coup d’État de 1999 en vue de définir les nouvelles règles de fonctionnement de nos institutions. C’est à partir de là que le débat a porté sur la limitation du nombre de mandats à la présidence ivoirienne. A partir de 2000, cet accord qui a été traduit dans les textes après référendum, dit clairement qu’aucune personne ne peut prétendre briguer trois mandats présidentiels en Côte d’Ivoire. Donc aujourd’hui, personne à elle seule ne peut changer cet accord. Pour que cet accord puisse être changé, il faut qu’il y ait à nouveau débat dans le cadre de la mise en place de la constitution du 08 Novembre 2016. Il n’a jamais été question d’un premier mandat de la troisième république. Le 3eme mandat d’Alassane Ouattara apparaît très clair comme inconstitutionnel.

En tant que maire de la commune d’Abengourou, quelles sont vos priorités à court terme en matière de projets ?
Nous sommes au service de nos populations depuis 2013 et nous sommes engagés dans la transformation de notre ville. La ville d’Abengourou doit être équipée. Pour ce faire, nous nous devons d’accroître et d’optimiser nos ressources pour les affecter à l’équipement. Nous avons beaucoup investi dans la construction des écoles pour lutter contre la double vacation au niveau du primaire et nous allons continuer. Nous construisons aussi des centres de santé dans plusieurs localités de la commune. Au niveau de la sécurité routière, nous avons doté la ville de feux tricolores et nous continuons de le faire pour sécuriser nos populations. Un engin tout neuf a été acquis pour reprofiler nos routes à défaut du bitume. Abengourou dispose de plus 400km de voiries mais seulement 25 km sont bitumés. Nous continuons d’interpeller le gouvernement à cet effet parce que la décentralisation est une exigence majeure. Quant à notre grand marché incendié, les travaux de reconstruction sont en voie d’achèvement. Il pourra être livré d’ici la fin de l’année 2020.

Un mot à l’endroit de vos administrés et des militants de base du PDCI-RDA à l’approche de la présidentielle ?
A l’endroit de nos administrés, c’est de continuer à nous faire confiance. Nous allons continuer de travailler pour que notre commune se modernise afin qu’elle continue d’être une cité où il fait bon vivre. Nous sommes à leur disposition et continuons d’être à leur service. Aux militants du PDCI-RDA, je leur demande d’être toujours engagés et enthousiastes pour que nous gagnions largement les élections présidentielles. Il n’y a pas plus beau que le suffrage universel. Mais tricher pour gagner des élections ne vous apporte rien, parce que quand vous gagnez, vous ne pouvez jamais être à l’aise vis-à-vis de vos populations. Faisons donc la promotion du suffrage universel dans la transparence parce que l’adhésion des populations est très importante. Un élu ne peut jamais être heureux quand il sait qu’il a triché pour gagner des élections.
Entretien réalisé par G.T.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici