Accueil Actualité Sikensi (Sahué carrière) : Présence des éléphants dans les plantations Un véritable...

Sikensi (Sahué carrière) : Présence des éléphants dans les plantations Un véritable danger pour les populations

174
0

Depuis plus de deux ans, deux éléphants écument le village de Sahué carrière dans la sous-préfecture de Gomon sur l’autoroute du nord au pk 85. Au-delà des destructions massives des récoltes et plantations occasionnées par ces pachydermes, les populations sont confrontées et exposées à un véritable danger.


A l’instar du rhinocéros qui écumait les villages de Telèbo et de Djamalabo dans la sous-préfecture de Tiémélékro et qui a ôté la vie au chef de village de Telèbo en 2016, ces deux éléphants qui ont élu domicile dans les plantations de Sahué carrière sont un véritable danger pour les populations. Koffi Miéssi, un fils du village et un de ses frères ont déjà subi l’agression de ces mastodontes et il s’en est fallu de peu pour qu’ils passent de vie à trépas. La peur est donc grande au sein de la population qui ne sait plus à quel saint se vouer.

Le chef de village, Miéssi Ayo Joseph, ne cache pas son inquiétude face à la présence des éléphants qui non seulement détruisent les récoltes et les plantations, mais qui menacent la vie des planteurs qui ont abandonné leurs champs de peur de se faire tuer « Que les autorités nous viennent en aide » supplie le chef du village, l’âme en peine, et au bord du désespoir devant le mutisme absolu du pouvoir. Une peur aggravée par l’incapacité des autorités ivoiriennes à procéder à l’enlèvement de ces molosses selon le chef du village Ayo Joseph dont les démarches auprès du sous-préfet de Gomon, du préfet de Sikensi et des responsables du cantonnement des Eaux et forêts de Gomon sont restées jusqu’à présent lettre morte.

Comment comprendre donc que depuis deux ans voire plus, selon Nguessan Prosper, agent au ministère de l’Economie et fils du village, des animaux sauvages, en l’occurrence des éléphants adultes mâles de cette taille, rôdent dans un village et ses environs sans que rien ne soit fait pour sécuriser les populations qui y vivent et qui n’ont que la culture de la terre pour leur survie. Le cri de détresse et de désespoir des populations doit être pris en compte avant que le pire ne se produise, car ces énormes éléphants sont véritablement dangereux. Si tant il est vrai que les populations n’ont pas le droit de les tuer, l’Etat de Côte d’Ivoire a le devoir de protéger les populations et leurs biens que sont les plantations et cultures.

Il est donc plus qu’urgent que le ministère des Eaux et Forêts engage des négociations avec l’Afrique du Sud pour l’enlèvement des éléphants du village afin d’apaiser le cœur des villageois qui ne dorment que d’un œil face à la menace. Dans les champs, c’est la désolation au passage des éléphants qui détruisent tout sur leur passage et les populations ne cachent pas leur colère face au mutisme des autorités. L’heure est grave car ces éléphants représentent un véritable danger de mort dans la région et surtout pour les populations de Sahué carrière.

FREDERICK KONATE O.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici