Accueil Actualité Visite du Cojep à Bédié, ce jeudi : Les coulisses d’une rencontre

Visite du Cojep à Bédié, ce jeudi : Les coulisses d’une rencontre

290
0
Le président Bédié et ses hôtes, après la rencontre

Au nom de Charles Blé Goudé, président du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep), Bli Roselyn, premier vice-président dudit parti, a conduit, ce jeudi, une forte délégation chez le président Henri Konan Bédié à Cocody. 

A la fin de la rencontre qui a duré près d’une heure, le porte-parole de la délégation a indiqué que le Cojep est venu saluer le président Bédié et lui témoigner sa gratitude pour son soutien à l’endroit de Charles Blé Goudé. « Nous sommes venus, ce soir, avec une forte délégation de la Direction de mon parti au nom de notre leader, le président Charles Blé Goudé, témoigner au président Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda, notre gratitude et notre reconnaissance au regard des nombreuses actions menées par le Pdci-Rda et son président à l’endroit de notre président, Charles Blé Goudé. 

Vous êtes sans ignorer que le Pdci-Rda, par le truchement de son président, a envoyé une délégation officielle à La Haye pour apporter compassion à notre président Charles Blé Goudé dans la situation difficile qu’il traverse actuellement. Beaucoup de militants du Pdci-Rda se sont succédés à La Haye. Mieux, le président Henri Konan Bédié a, l’an passé, à plusieurs reprises, passé des coups de fil pour s’enquérir des nouvelles de notre leader », a déclaré Bli Roselyn à la fin de l’audience que le président Henri Konan Bédié leur a accordée.

Il a qualifié les gestes du président du Pdci-Rda d’actes forts et de solidarité, « Nous sommes venus lui témoigner notre reconnaissance, notre gratitude parce que ce sont dans les moments difficiles qu’on voit les vrais amis. Le Pdci-Rda n’a pas manqué de nous soutenir, de nous apporter son soutien. Nous sommes venus lui dire merci », n’a cessé de répéter le premier vice-président du Cojep qui a abordé plusieurs autres sujets d’actualité.

La plateforme politique
Sur la question de la plateforme politique, Bli Roselyn a réaffirmé l’appartenance du Cojep à cette plateforme politique non idéologique initiée par le président Henri Konan Bédié. « Vous savez que nous sommes dans le champ politique en Côte d’Ivoire et le président Bédié a initié une plateforme pour rassembler tous les acteurs politiques pour que nous puissions aller à la paix et à une réconciliation véritable dans le pays », a-t-il rappelé. 
Et de donner la position du Cojep :

« Sur cette base, le Cojep adhère pleinement à la plateforme politique. C’est pourquoi, nous sommes venus échanger avec le président Bédié pour que, main dans la main, la réconciliation soit une réalité dans notre pays pour que cessent les brimades. C’est ce que nous sommes venus dire au président du Pdci-Rda et tout s’est bien passé. Nous partons rendre compte à notre président et dans les jours à venir, le parti va décider de la conduite à tenir », a poursuivi Bli Roselyn. La délégation a profité de cette occasion pour se prononcer sur la tenue des élections prochaines.
Commission électorale indépendante (Cei)

« Nous voulons condamner le passage en force opéré par le régime en nous imposant cette Cei monocolore qui est truffée de militants du Rdr et de Rhdp. Nous voulons interpeller le gouvernement de revoir sa copie. Il n’est pas tard de sauver la Côte d’Ivoire d’une éventuelle crise électorale. Pour nous, il est important, dans un pays de dialogue et de paix, de nous asseoir autour de la Côte d’Ivoire pour revoir cette Cei en profondeur », a proposé le premier vice-président du Cojep. 
Pour Bli Roselyn, il faut confier cette Cei à la société civile qui est impartiale. L’émissaire de Blé Goudé, pour terminer, s’est également prononcé sur la crise à Bouaké

Condamnation Mangoua Jacques
Le Cojep a condamné l’arrestation du vice-président du Pdci-Rda, Mangoua Jacques, et exprimé sa solidarité au Pdci-Rda. « Nous voulons exprimer notre soutien à l’endroit du Pdci-Rda pour ces moments difficiles que le parti traverse. Cette situation doit nous interpeller à rester ensemble parce que ce régime ne cesse de nous servir brimades et arrestations arbitraires. Que toute l’opposition se retrouve pour lutter et plus jamais en Côte d’Ivoire, un Ivoirien ne soit arrêté pour ses opinions. Ce qui se passe à Bouaké est une arrestation arbitraire. Nous le condamnons », a-t-il dénoncé et appelé le Rdr-Rhdp à l’apaisement.

Djè KM

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici