Accueil Actualité Yamoussoukro : Le désobéissance civile et le boycott actif suivis à plus...

Yamoussoukro : Le désobéissance civile et le boycott actif suivis à plus de 90%

190
0

L’appel des partis de l’opposition à la désobéissance civile et au boycott actif du scrutin présidentielle ce samedi 31 octobre 2020, a été très suivi dans la région du Bélier et le District autonome de Yamoussoukro.

Les populations ivoiriennes dans leur ensemble dans ces deux régions n’ont pas voulu se rendre coupable et complice de ce qu’elles considèrent comme une mascarade, un hold-up électoral voir un coup d’Etat électoral. Aussi bien dans l’ensemble des sous préfectures, des communes et des villages du Bélier et du district autonome de Yamoussoukro, les bureaux de vote sont restés fermés à plus de 90%.

Les Commissions électorales indépendantes locales n’ont pu déployer le matériel électoral. A Toumodi, Tiébissou Didiévi et Djékanou, il a été difficile, très difficile pour les organisateurs dudit scrutin car pris à parti par les manifestants qui ne voulaient qu’une seule chose, le respect du mot d’ordre donné par le Président Henri Konan Bédié et le président Affi N’guessan, tous deux candidats.

A Tiébissou où ça été particulièrement chaud dans l’après midi, en plus du fait que le vote n’a pu avoir lieu sur l’ensemble du territoire communal et départemental, des affrontements ont éclaté entre jeunes malinké et jeunes de l’opposition ; qui empêchaient le vote de se dérouler. Ces tensions ont fait deux morts : un jeune malinké et un jeune baoulé. Dans la suite des évènements, des jeunes dits du Rhdp, non contents de voir le scrutin boycotté par l’opposition vont s’en prendre aux domiciles des élus et cadres Pdci-Rda. Ainsi, le domicile du député Assa Ouffoué et celui de Yéboué-Kouamé Kouassi Pascal, Président du Conseil Régional du Bélier ont été incendiés. Ce, pendant que le préfet Attoungbré Brice tentait une médiation pour ramener le calme après les incidents malheureux de la matinée. La tension jusqu’à cette nuit était encore vive dans le Tchéwy qui ne compte pas se laisser dicter des lois.

Dans la capitale politique ivoirienne, Yamoussoukro, c’était la suite logique des évènements du vendredi 30 octobre 2020. Les positions sont restées tranchées. Les tentatives, tard la nuit du vendredi à samedi 31 octobre, pour faire plier les jeunes de l’opposition sont restées veines. Les forces de l’ordre, truffées de jeunes du parti au pouvoir, ont été repoussés jusqu’à 3 heures du matin. Dans la journée aucun lieu de vote n’a été ouvert dans les villages de la commune. En ville, les quartiers de Morofé, Assabou, N’Zuéssy, Habitats, Kpoussoussou, Abla Pokou (Millionnaire) n’ont connu aucune activité de vote. Les barricades érigées par les jeunes ont été bien tenus. Seulement au quartier Dioulakro, fief du Rhdp, (Grande école), à la sous préfecture, où les élections ont eu lieu. Dans les lieux de vote au quartier Kokrénou et Sopim n’ont pas connu d’engouement.

Ici dans la cité des lacs si l’on n’a pas déploré de perte en vie humaine, il faut signaler de nombreux cas de blessés graves. Qui ont été pris en charge par les autorités politiques de l’opposition.

Il est bon de savoir que le quartier Morofé, village du Vice président, Charles Konan Banny, a été un champ de bataille. Les hommes en arme ayant vu leur chef, le commandant supérieur de la gendarmerie, essuyer une grande honte au corridor, car refoulé par la jeunesse déterminée et engagée, se sont donnés pour mission de laver l’affront. Dans la nuit de vendredi 30 octobre à samedi 31 octobre, une pluie de gaz lacrymogène dans les concessions a été observée. Dans la matinée de ce samedi jusqu’à cette nuit, les populations continuaient de recevoir les gaz lacrymogènes dans leurs domiciles.

Ce fut donc un échec cuisant pour le pouvoir qui pensait réussir un coup d’Etat électoral. A plus de 90% le vote n’a pas eu lieu dans le Bélier et le District autonome de Yamoussoukro. Où, à Attiégouakro, département appendice de Yamoussoukro, tout le matériel électoral a été brûlé simplement et purement.

JEAN PAUL LOUKOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici