Accueil Actualité Côte d’Ivoire / Journée internationale de l’infirmier : Kongoue Jean-Marie SG de SIIDE-CI...

Côte d’Ivoire / Journée internationale de l’infirmier : Kongoue Jean-Marie SG de SIIDE-CI dénonce les conditions précaire des infirmiers

241
0

Tous les 12 mai, Tous les 12 mai, consacre la journée mondiale des infirmiers. Elle se tient en référence au jour anniversaire de la naissance de Florence Nightingale. Elle est célébrée en mémoire des nobles actes accomplis par les infirmières et infirmiers pour la société ».

Déclaration du SIIDE-CI

Beaucoup de gens, surtout les ignorants, veulent te punir parce que tu dis la vérité, pour être correct et d’être des années en avance sur ton temps. Si tu a raison et que tu le sais, laisse parler ton esprit, même si tu n’es qu’une minorité, la vérité reste toujours la vérité.

GANDHI

POURQUOI LE SIIDE-CI SE BAT ???

POURQUOI VOUS DEVREZ REJOINDRE NOS RANGS CHERS INFIRMIERS ET INFIRMIERS???

POURQUOI NOUS SOMMES INCOMPRIS ???

ET POURQUOI NOUS GARDONS TOUJOURS ESPOIRS ????

Voici notre diagnostic de la profession infirmière aujourd’hui et Vous même tirez vos conclusions :

Lors de la formation de base de l’infirmier à l’institut national de formation des agents de santé (INFAS) en Côte d’Ivoire,  l’élève infirmier est formé sur la base de deux rôles :

– LE RÔLE PROPRE de l’infirmier issus des soins infirmiers composés de soins AUTONOMES et COLLABORATIFS prodigués aux individus de tous âges, aux familles, aux groupes et communautés, malades ou en bonne santé, indépendamment du contexte. Les SOINS INFIRMIERS comprennent la PROMOTION DE LA SANTÉ, LA PRÉVENTION DE LA MALADIE, LES SOINS AUX PERSONNES MALADES ETC………..

– LE RÔLE MÉDICO-DÉLÉGUÉ qui est en réalité un rôle de collaboration invitant l’infirmier à exercer certaines tâches sous prescription médicale…… ici là, je parle pas beaucoup parce qu’en vérité ya rien à ajouter.

Ça se passe ici en Côte d’Ivoire,

LA PROFESSION INFIRMIÈRE en Côte d’Ivoire souffre d’un RÉEL MANQUE de RECONNAISSANCE:

– NON RECONNAISSANCE du rôle propre de l’infirmier manifesté par l’arrêté N’72-148 du 23 février 1972 portant sur le cadre réglementaire de l’exercice de la profession infirmière en Côte d’Ivoire traitant l’infirmier d’auxiliaire ou aide médicale en son article 1er.

– cette NON RECONNAISSANCE de ce rôle propre de l’infirmier ivoirien vient se confirmer dans l’arrêté interministériel N’2018-034/MEPS/MSHP du 02 Mai 2018 détaillant la liste des actes paramédicaux qui n’énumère ou reconnaît uniquement le rôle médico-délégué de l’infirmier et donc tous les actes issus de cet unique rôle de subalterne….

– NON RECONNAISSANCE du statut de l’infirmier,  voici une profession où pour exercer, il faut prêter serment pour afficher sa loyauté à une autre profession avec laquelle vous collaborez en réalité pour satisfaire le client mais cette autre profession ne fait pas de même et ce depuis plus de 30 ans. Cf. Dernier paragraphe du Serment des infirmiers de F.N du XIXeme siècle.

Parce qu’on ne veut pas reconnaître cette profession, l’on autorise un exercice sans code de déontologie spécifique donc sans droit ni devoir propre à celle-ci malgré la sensibilité de cette profession,  aucun code de déontologie et d’éthique, l’Ordre on en parle pas, nous continuons de saluer la décision du gouvernement sur le projet de loi portant création de l’ONIICI mais nous rappelons toujours qu’un PROJET DE LOI N’EST PAS LOI…. donc les infirmiers et infirmières ivoiriens ne disposent toujours pas d’une institution ordinale.

– NON REVALORISATION salariale liée à  la NON RECONNAISSANCE des compétences des infirmiers, et pourtant le système de santé ne tient que parce qu’ils sont là, à tous les niveaux de la pyramide sanitaire,  l’infirmier est aujourd’hui l’homme à tout faire avec des compétences techniques qui lui permettent de prévenir la maladie, promouvoir la santé, faire la PEC, etc……

Il est le seul professionnel de santé à cumuler les compétences des professions médicales telles le médecin et la sage femme. Allez y vérifier dans toute la Côte d’Ivoire,  dans tous les contré, vous comprendrez qui est réellement l’IDE (LE DOCTEUR DU VILLAGE). IL EST L’ALPHA ET L’OMEGA, LE 1ER À RENCONTRER LE CLIENT, LE SEUL À ETRE AVEC LE CLIENT ET LE SEUL À RACCOMPAGNER CE DERNIER.

– NON RECONNAISSANCE des diplômes issues de l’école de formation des agents de santé et ceux depuis les années 90-92 où le BAC était le diplôme requis pour accéder à l’INFAS mais alors que l’Infas à compétences des exigences d’institut d’enseignement supérieur, tous les diplômes issus des 3ans de formation ne sont considéré que des Diplômes d’État et non Licence conformément au système de diplomation de l’enseignement supérieur acté par les recommandations de l’OOAS dont la Côte d’Ivoire est signataire et l’avant projet de réforme qui a réuni les partenaires du système sanitaire à Grand Bassam en 2018 et qui a accouché d’une souris jusqu’à ce jour.

– AUCUNE FORMATION CONTINUE,

Les infirmiers sont là colonne vertébrale du système de santé ivoirien et sont de plus en plus conscients de la nécessité de poursuivre leur formation tout au long de leur carrière. Non seulement pour améliorer leurs propres qualifications et compétences, choses qui ne sont pas reconnues par nos autorités gouvernementales, mais l’introduction de techniques et équipements nouveaux, de même que les changements qui interviennent dans les besoins sanitaires et la conception même de la prestation de soins, imposent également. Malheureusement et encore une fois, nous restons les ouvriers du système et nos maîtres profiterons seuls de ces formations. Cela continous de nous rappelez les germes du syndicalisme dans le monde et en particulier en Côte d’Ivoire.

NOUS SOMMES DANS L’OBLIGATION D’AGIR POUR NE PLUS SUBIR.

– CONDITIONS MÉDIOCRES DE TRAVAIL,

l’hôpital a pour fonction de soigner et guérir mais l’on sait dans quels états sont nos hôpitaux aujourd’hui,  des lits qui datent des années 80, des mises en observation et suites de couches dans la même salle,  un tensiomètre pour tous les services, un pèse-personne défectueux pour tous les services, aucune ambulance d’évacuation, des toilettes et hygiène aux oubliettes, des intrants qui sont reçus à compte goutte et presque toujours incomplet, seul dans son centre, il reste opérationnel 24h/24, 7jrs/7 et avec ça on lui demande de produire le miracle….. mieux on l’expose à la verdict populaire car chez nous. Nos camarades sont tabassés dans l’exercice de leur fonction au vu et au su de tous, ils sont emprisonnés et mêmes sont victimes d’abus de pouvoir de la part de leur hiérarchie etc…..  tout simplement parce qu’on veut toujours nous garder dans ce carcan.

 

– DES NOMINATIONS AUX POSTES DE RESPONSABILITÉS DANS LE SYSTEME ET AUX DIFFÉRENTES DIRECTIONS DES SOINS INFIRMIERS,  voici une corporation qui baigne de ressources humaines compétentes et surtout qualifiées mais qui a ses directions centrales et sous directions dans les mains de personnes qui savent rien des soins infirmiers, vraiment qu’elle ironie!!!! comment dans ces conditions, la profession infirmière pourra t-elle connaître une évolution pour une meilleure qualité de la prise en charge de nos populations,  comment des personnes admises à la retraite continuent toujours d’être à la tête d’une direction sensible par rapport à son rôle véritable qu’elle joue ou du moins qu’elle devrait jouer.

C’est en cela que nous saluons la République Démocratique du Congo pour leur avancée à travers son Président de la République pour avoir reconnu la profession infirmière comme une force de décision et nommé un infirmier comme vice ministre de la santé, aussi nous voulions saluer la mise en place effective de leur Institution ordinale. Voilà ce que nous devrons copier.

<<ON EST TOUJOURS LES COUPABLES ET JAMAIS INNOCENT>>

CHERS INFIRMIERS ET INFIRMIÈRES,  CHÈRE POPULATION IVOIRIENNE, NOUS SOMMES LES HOMMES À TOUT FAIRE, SANS REPOS NI AMÉNAGEMENT. NOUS SOMMES ET RESTERONS TOUJOURS PROFESSIONNELS POUR DEMEURER DE VOTRE CÔTÉ ET SATISFAIRE À VOS BESOINS. L’INFIRMIER IVOIRIEN EST LE SEUL SOLDAT DE LA SANTÉ DONT LE GRADE ET LES EFFORTS NE SONT PAS RECONNUS NI RÉCOMPENSÉS MAIS MALGRÉ TOUT, IL RESTE DISPOSÉ ET DISPONIBLE À VOTRE SERVICE ET À VOS BESOINS.

CE SONT DE VÉRITABLES PROFESSIONNELS DE SOINS ET PRÊTS À SERVIR PARTOUT OÙ LE DEVOIR LES APPELLE LOIN DERRIÈRE SA FAMILLE.

BEAUCOUP SONT MORTS (AVP, COVID19, ETC….)

 DANS L’EXERCICE DE LEUR FONCTION SANS UNE RECONNAISSANCE MINIMUM DE LA PART DE NOTRE GOUVERNEMENT.

TOUS SONT RESTÉS DANS L’OUBLIETTE.

AIDEZ MOI À LEUR SOUHAITER UNE AGREABLE JOURNÉE CAR C’EST LA LEUR ET CES  SOLDATS DE LA SANTÉ NE DOIVENT PAS RESTER DANS L’OUBLI…

 

 

VOICI MON COMBAT,

VOICI NOTRE COMBAT,

ENSEMBLE NOUS RÉUSSIRONS,

KONGOUE JEAN-MARIE

SOLDAT DE LA SANTÉ, INFIRMIER IVOIRIEN

SGN DU SYNDICAT DES INFIRMIERS ET INFIRMIERS DIPLÔMÉS DE CÔTE D’IVOIRE (SIIDE-CI)