Accueil Actualité Abia-Abety (Bietry village): Les villageois en colère ont manifesté, samedi

Abia-Abety (Bietry village): Les villageois en colère ont manifesté, samedi

182
0

Le samedi dernier, les habitants du village d’Abia-Abety (Bietry village), dans la commune de Marcory, étaient dans la rue et aux domiciles des riverains qui s’opposent à l’extension de leur village sur la lagune.

Hommes, femmes, jeunes et vieux, munis de pancartes, pour certains, ont manifesté contre ce qu’ils considèrent comme un manque de reconnaissance, un acte de mépris. « Le village d’Abia-Abety et sa population ont crié leur ras-le-bol. Parce que nous avons entrepris un projet de remblais de la lagune. Mais avant de commencer ce projet, nous avons mené des démarches auprès des riverains. Certains nous ont reçus. Nous avons échangé avec eux, nous avons trouvé un terrain t’entente.

D’autres ont refusé de nous recevoir », explique Alain Abroh, le chef du village. Ce projet de remblais, entamé depuis février 2019, vise à permettre l’extension du village. Un village « qui a tout perdu » du fait de la modernisation d’Abidjan. N’ayant rien reçu, ni compensation ni purge, les autorités villageoises ont entrepris de remblayer une partie de la lagune, afin d’avoir des terres habitables face à la croissance de sa population. Et alors qu’ils avaient reçu l’autorisation de l’Etat et de toutes les administratives et techniques compétentes, le chef du village d’Abia-Abety et son équipe se heurtent au refus de certains riverains de les voir poursuivre les travaux de remblayage, quasiment bouclé. Au domicile des riverains visités, aucun interlocuteur.

Mais selon les contestataires, qui ont animé une conférence de presse la semaine dernière, les travaux ont un impact sur l’environnement. Un argument que le chef Alain Abroh conteste. « Ce projet, ce n’est pas pour nuire, contrairement à ce que les cinq riverains contestataires avancent. D’ailleurs, eux-mêmes ont fait des travaux de remblayage sur la lagune, à plusieurs reprises. Ça n’a pas tué les poissons, ça n’a pas dérangé quelqu’un. En face de nous, l’Etat et des opérateurs ont fait des remblais. Nous, les propriétaires terriens, on ne s’est pas plaint. Pourquoi en ce moment-là personne n’a pensé à l’environnement ? Et c’est à notre tour que les gens se plaignent », réagit le chef du village d’Abia-Abety.

La manifestation du samedi dernier, le chef Abroh la définit comme étant « une marche pacifique, une marche de sommation. » A en croire la première autorité du village de Bietry, plusieurs courriers ont été adressés, au maire de Marcory, à la police, au préfet d’Abidjan, au gouverneur du district et à la Primature. « Nous interpellons les autorités. Nous sommes ouverts au dialogue, mais pas à n’importe quel prix. Si nous faisons tout cela, c’est pour éviter le pire. Nous voulons que les gens nous respectent. Notre marche a été pacifique, la police était là, elle l’a constatée. Nous interpellons encore une fois les autorités afin que nous puissions obtenir gain de cause », a conclu le chef.
EUSTACHE GNABA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici