Accueil Actualité Après la signature du manifeste de la CDRP jeudi dernier : Qui...

Après la signature du manifeste de la CDRP jeudi dernier : Qui n’aime pas Bédié est contre la paix en Côte d’Ivoire

355
0

Le doute n’est, désormais, plus permis, avec ce que nous avons vu, le jeudi 28 novembre 2019, au siège du Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (Pdci-Rda) à Cocody.

La Référence s’appelle Henri Konan Bédié ! Eh oui, la référence par rapport à ce qui est cher aux Ivoiriens, à savoir, le dialogue, la réconciliation, la cohésion sociale, la Paix a un label : Aimé Henri Konan Bédié. Rien d’étonnant, me diriez-vous ! Eh oui, comme vous avez raison. Bédié est né dans ce pays, a étudié dans ce pays, a appris, tout jeune (ses photographies de jeunesse l’attestent) auprès de Félix Houphouët-Boigny à aimer la terre ivoirienne, a servi ce pays, la Côte d’Ivoire, et continue de le servir de nos jours. Et, une précision de taille, en passant :

il ne s’est jamais posé de problème caméléonesque sur sa nationalité depuis que la Côte d’Ivoire est Côte d’Ivoire. Nous comprenons alors son amour viscéral ! Sa presque obsession pour tout ce qui est Ivoirien. Quand le président du Pdci-Rda a lancé l’idée de la plateforme non idéologique, que d’interprétations ! Des plus farfelues aux plus sérieuses. Mais, les Ivoiriens, qui n’ont point la mémoire courte ni ne sont amnésiques, savaient que Henri Konan Bédié était dans son rôle.

Ils se souviennent comme si cela datait d’hier. En octobre 2000, quand Laurent Gbagbo a pris le pouvoir dans une atmosphère « calamiteuse ». Le jeudi 26 octobre 2000, au moment où il prêtait serment au palais présidentiel en Abidjan-Plateau, dans le même Plateau, au stade Houphouët-Boigny, un parti politique a réuni ses membres, qui ne savaient pas en ce temps-là qu’on les manipulait, pour un meeting de protestation. C’est à ce meeting qu’on a entendu :

le pouvoir est dans la rue ! Il y eut des troubles graves. Le président Laurent Gbagbo, voyant l’atmosphère politique crispée, lance « Le Forum pour la réconciliation nationale ». Des quatre leaders politiques  à l’époque, Henri Konan Bédié, seul, du Pdci-Rda, était présent aux côtés du président du Fpi, le 09 octobre 2001, jour de l’ouverture du Forum. Le Sphinx de Daoukro sauvait ainsi ce grand enjeu pour la paix. Quand, hélas, la rébellion survint, le jeudi 19 septembre 2002, le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, s’est résolument impliqué dans la recherche de la paix.

Quand des exigences excessives naissaient comme à Linas Marcoussis où les rebelles demandèrent, illico presto, la démission du président en exercice, Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié était là pour tempérer les ardeurs au nom de la paix, en faisant appliquer la Constitution. Grâce à Bédié, nous avons abouti, en octobre 2010, à des élections apaisées, au premier tour. Les Ivoiriens se rappellent que le candidat Bédié, que tous donnaient pour gagnant au 1er tour, a volontairement accepté de se voir voler 600.000 voix quand la communauté internationale lui a demandé de se sacrifier pour la paix dans son pays. Ce qu’il a fait et bien fait. Le nom « Allah Gnissan » est et restera incrusté dans toutes les mémoires, sauf dans celles des ingrats qui ont oublié que Bédié a sacrifié sa propre vie, celle de son épouse et celle de nombreux militants du Pdci-Rda au Golf hôtel car, il croyait dur comme fer, et il n’avait pas eu tort, que sa posture mènerait à la paix.

Et, pour mieux consolider  cette paix fragile née sur les cendres d’une crise postélectorale, il a lancé le célèbre et inoubliable Appel de Daoukro en 2014. Cette œuvre gigantesque est à nouveau malmenée. Tout indique que la paix va disparaître si rien n’est entrepris. Heureusement, les Ivoiriens et tous ceux qui aiment la Côte d’Ivoire ont encore Henri Konan Bédié à leur côté. Comme hier, le président du Pdci-Rda est là et indique la voie. Comme en 2001, Laurent Gbagbo est d’accord avec lui. La cérémonie du jeudi 28 novembre 2019 à la Maison du Pdci à Cocody montre que les Ivoiriens sont avec Bédié. Qui n’est pas avec Henri Konan Bédié, est contre la paix et ne saurait être houphouétiste.

De 2001 à 2019, comme brièvement tracé, les Ivoiriens peuvent pousser un ouf de soulagement et dire, « Heureusement, où il y a le poison, il y a l’antidote ». Heureusement, Bédié, qui se définit en homme du devoir, est  là ! Aidons le Don de soi, Henri Konan  Bédié, à sauver la Côte d’Ivoire. Votre présence massive au Parc des sports, samedi 14 septembre 2019, à Yamoussoukro, samedi 19 octobre 2019 et à la cérémonie de signature du manifeste de la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (Cdrp), jeudi 28 novembre 2019, prouve que le président Henri Konan Bédié est toujours dans le vrai. Le président Félix Houphouët-Boigny, connaisseur d’hommes, ne l’a pas nommé Protecteur du prix Unesco pour la recherche de la Paix par hasard.

Yassoua

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici