Accueil Actualité Assoa Adou (Sg Fpi) : « Seul Laurent Gbagbo est capable de...

Assoa Adou (Sg Fpi) : « Seul Laurent Gbagbo est capable de réconcilier les Ivoiriens »

975
0
Assoa Adou, Secrétaire général du Fpi

Le Secrétaire général du Front populaire ivoirien (Fpi), Assoa Adou, était l’invité du “Nouveau Réveil”, pour sa tribune baptisée “Le fauteuil”. Il a abordé plusieurs thèmes, dont le retour en Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo.

Assoa Adou, Secrétaire général du Fpi, croit fermement au retour en Côte d’Ivoire de l’ex-Président Laurent Gbagbo. « Pour nous ce n’est pas une utopie », a-t-il lancé, avant d’argumenter. « C’est le président Laurent Gbagbo, lui-même, qui disait que quand chaque homme politique marche, il laisse des traces. La crise ivoirienne a commencé, d’après moi, depuis la mort du président Félix Houphouët-Boigny, si on se fie aux comportements des acteurs politiques. Le coup d’Etat de décembre 1999, le coup d’Etat de 2002, qui va se transformer en rébellion et qui va entrainer la scission de notre pays. Permettez-moi de donner des éléments sur le comportement de chacun. Le comportement de tous ces hommes politiques a montré que, pour nous et les gens le disent, seul Laurent Gbagbo est capable de réconcilier les Ivoiriens », pense Assoa Adou.

Selon le Secrétaire général de l’ex-parti au pouvoir (2000-2010), il y a des éléments des éléments pour étayer ce qu’il dit. « Quand il est arrivé au pouvoir, le président Bédié et le président Ouattara étaient en exil. Le général Guéi était réfugié dans sa région. Le président Laurent Gbagbo a dit, il faut qu’on utilise ces élections qui se sont passées pour réconcilier les Ivoiriens. Donc, il a décidé de faire le forum », explique-t-il.

C’est ainsi que, selon Assoa Adou, il a été envoyé dans le village du général Robert Guéi. « Il (Gbagbo) m’a envoyé trouver le Général Guéi dans son village. Il y a un témoin qui vit. Vous connaissez tous Hervé Siaba. Nous étions deux à arriver dans son village. Durant toute la journée, il a demandé de dire au frère qu’il vient. Et il est venu. Les deux autres qui étaient à l’extérieur, il fallait les faire venir. Ils ont posé des conditions. Permettez-moi de ne pas dire les conditions aujourd’hui parce qu’on est dans la phase où nous cherchons la réconciliation. Laurent Gbagbo a fait face à toutes conditions. Je dis bien à toutes les conditions. (…) Les militaires qui devraient veiller sur leur sécurité, c’est eux qui les ont choisis. Ensuite, il leur a dit, “vous venez, je fais prendre une loi pour les anciens chefs d’Etat et leurs épouses, les anciens premiers ministres, pour vous mettre dans de bonnes conditions. C’est ce qu’il a fait et ils sont venus », raconte le Sg du Fpi.

Mais il n’y avait pas que Bédié et Ouattara. Même des militaires exilés ont été pris en compte. « Il fallait faire venir les militaires qui avaient attaqué le pays en 2002. Je vous parle d’après Marcoussis. Pour ces militaires, il fallait voter une loi d’amnistie. Je l’ai préparé avec le ministre Zémogo Fofana et nous sommes allés défendre la loi à l’Assemblée nationale. Pour dire quoi ? Ils peuvent tous rentrer, il n’y a aucun problème. On a reconstitué leur carrière, c’est-à-dire que ceux qui sont partis, s’ils étaient sergents, et leurs collèges qui sont restés sont devenus adjudant, eux aussi seraient adjudants, avec le rappel de leur salaire. C’est pour qu’ils viennent pour que le pays soit en paix. Ce sont les traces de Laurent Gbagbo », a fait savoir Assoa.

E.G

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici