Accueil Actualité Attaques répétées dans les villages Atchan : Les chefs de villages inquiets...

Attaques répétées dans les villages Atchan : Les chefs de villages inquiets interpellent les autorités

300
0

Dans une déclaration produite ce samedi, à l’issue d’une rencontre à Anono, les chefs des 60 villages Atchan expriment leur inquiétude par rapport à la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire et surtout les attaques répétées dans leurs villages. Voici l’intégralité de leur déclaration.

DÉCLARATION DE LA COMMUNAUTE ATCHAN DES 60 VILLAGES RELATIVE AUX EVENEMENTS SURVENUS DANS CERTAINS VILLAGES ATCHAN

Depuis un certain temps , c’est avec consternation et profonde amertume que la Communauté Atchan vit une situation qui, si nous ne prenons garde, risque de provoquer de graves et lourdes conséquences pour la paix, la stabilité et la cohésion sociale dans les villages Atchan (Ebrié).
De quoi s’agit-il ?
Deux faits majeurs dont l’opinion nationale et internationale sont témoins.

Le premier fait concerne la communauté villageoise d’Anono.

Le samedi 18 octobre 2020, la jeunesse d’Anono s’activait sur le terrain du village pour leur manifestation programmée depuis deux semaines, quand arrivent deux camions de logistique conduits par les membres du RHDP, au motif qu’ils auraient un meeting ce même jour sur le terrain d’Anono. Devant l’étonnement et le refus de la jeunesse de céder le terrain car ayant obtenu l’espace très longtemps avant, le Chef du village, premier garant de la sécurité de sa communauté, est intervenu pour qu’une solution soit trouvée. Malheureusement, ceux qui étaient présent sur les lieux, constateront que dans la délégation se trouvait une bâchée dont le contenu n’assurait pas une fin de meeting paisible. En effet des machettes étaient dissimulées dans cette bâchée. Face à cette situation, le Chef du village a demandé à la délégation du RHDP de revenir afin qu’une organisation sécuritaire soit mise en place et fixer un jour pour le meeting. C’est dans cette attente que le lundi 19 Octobre 2020, à 6h00, les policiers comme le montre les images et vidéos, assiégeront le village en barrant les principales rues avec leurs véhicules et gazer la communauté de 6h à 17h, sans se soucier de la vie des enfants, des personnes âgées et autres femmes enceintes. L’hôpital, le siège de la Chefferie et les domiciles des paisibles populations d’Anono n’ont pas été épargnés.
Au vu de la gravité de la situation, il a informé pendant les faits, les autorités administratives et policières de Cocody et le Ministre Gouverneur de la situation qui prévalait dans son village. Lui et sa communauté ont interpelé les forces de l’ordre présents, sur le motif de leur agissement. Ceux-ci vont laisser entendre que ceux qui ont incendié le bus à la Riviera 2 tôt le matin et les étudiants FESCI qui ont érigé les barricades et brulé les pneus, sont rentrés dans le village. Une explication qui ne tient pas car le village n’est pas clôturé et tout le monde rentre et sort. Est-ce parce qu’ils sont rentrés dans le village qu’ils sont d’Anono ? Ces agissements avaient fait plusieurs blessés et des intoxiqués par gaz lacrymogène.
Jusqu’à ce jour, aucune autorité n’est venue s’enquérir des nouvelles de la communauté. Cette crise sans précédent a conduit la Chefferie d’Anono à prendre des mesures radicales telles que l’interdiction de toute activité politique dans leur village, dans le cadre de ces élections présidentielles du 31 octobre 2020.

Le deuxième fait concerne le village de Niangon-Adjamé

Le Mardi 20 Octobre 2020, tôt le matin, au niveau de « lièvre rouge » situé à plus de deux kilomètres du village, des individus dont certains étaient encagoulés ont incendié des véhicules dont des véhicules de transport appelés gbaka et woro woro de même que des véhicules personnels.
Les minutes qui ont suivies, plus d’une dizaine de personne dont certains en tenue militaire, armés de machettes, hache et de pistolets, sont entrés dans le village, pour agresser la population, au motif que ce sont les jeunes de Niangon-Adjamé qui ont incendié les véhicules. Ils sont venus se faire justice eux-mêmes.
Le Chef du village a saisi les autorités policières de ce qu’une agression inutile et injuste est en cours contre sa communauté.
A l’arrivée des forces de l’ordre, la communauté ne voulait pas les laisser entrer dans le village, car parmi les assaillants, il y avait des hommes en tenue. Pour elle il y a complicité. Après plusieurs explications ceux-ci ont pu accéder au village. Là encore ce fut le calvaire de la population car les bombes lacrymogènes des forces de l’ordre sèmeront la désolation.
Ces agissements avaient fait plusieurs blessés dont un par balle du cotés de la population de Niangon-Adjamé et des intoxiqués par gaz lacrymogène.
Il faut noter que ces agresseurs se sont ensuite déportés dans le village d’Adiapodoumé d’où ils ont été repoussés et stoppés par la communauté.
Cette situation crée inéluctablement des ressentiments dans la communauté Atchan, qui depuis tout temps a été un peuple hospitalié et qui a beaucoup donné à la Cote d’Ivoire pour son développement. Notre communauté mérite-t-elle de vivre de telles évènements ?
La situation que vit le peuple Atchan depuis ces derniers temps, interpelle les Chefs de village Atchan, mais aussi, et surtout parce qu’on observe un mutisme et une passivité de la part de certaines autorités. A travers nos actions, nous voulons que les choses changent, afin de ramener la quiétude au sein nos villages. C’est pourquoi, après analyse de la situation, et suite à de très larges concertations, il est déclaré ce qui suit au regard des faits ci-dessus cités :
1-Les Chefs des villages Atchan (Ebrié), jugent humiliantes et inacceptables, la situation vécue par les communautés villageoises d’Anono, Niangon-Adjamé et Adiapodoumé ;
2- Les Chefs des villages Atchan, jugent dégradant, le traitement infligé à leur communauté ;
3- Les Chefs des villages Atchan, condamnent fermement ces agissements et ceux qui en sont les auteurs ;
4- Les Chefs des villages Atchan réaffirment leur soutien indéfectible aux populations des villages d’Anono, de Niangon-Adjamé et Adiapodoumé ;
5- Les Chefs des villages Atchan expriment leur compassion aux familles, et souhaitent un prompt rétablissement aux blessés ;
6- Les Chefs des villages Atchan invitent les autorités compétentes, à prendre toutes les dispositions nécessaires, en vue d’assurer la sécurité des biens et des personnes dans nos villages ;
7- Les Chefs des villages Atchan invitent nos communautés à plus de vigilance afin de dénoncer tous mouvements et regroupement suspects aux autorités ;
8- Les Chefs des villages Atchan demandent à tous les cadres et élus Atchan sans distinction de parti politique ni d’appartenance religieuse à se sentir interpellés et à s’impliquer dans la résolution de la situation que vit le peuple Atchan.
9- Les Chefs des villages Atchan expriment leur inquiétude quant à la situation qui prévaut dans certains villages ces jours-ci, et interpellent la communauté nationale et internationale, de peur de revivre les douloureux évènements vécus par le village d’Anonkoua Kouté lors des élections de 2010 ;
10- Les Chefs des villages Atchan expriment leur remerciement à toutes les autorité et personnes ressources, qui se sont impliquées à la normalisation des différentes situations dans les villages cités plus haut.
11- Les Chefs des villages Atchan lancent un appel au calme et à la sérénité, invitent la population a ne céder à aucune provocation.

QUE DIEU BENISSE ET PROTEGE LE PEUPLE ATCHAN
Fait à Abidjan, le 24 Octobre 2020
 
Pour la communauté Atchan
Les Chefs de village

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici