Accueil Actualité Axe Yamoussoukro- Bouaké : Le couloir de l’ombre de la mort…

Axe Yamoussoukro- Bouaké : Le couloir de l’ombre de la mort…

416
0
Photo d'illustration

Maintes fois, de jour comme de nuit, de nombreux usagers empruntent  la route reliant Yamoussoukro à Bouaké. Chaque fois, ces usagers ont frôlé la crise cardiaque et même la mort, tant cette route est en mauvais état. 

Yamoussoukro. Capitale politique de la Côte d’Ivoire. Cent mètres après la résidence du Président Félix Houphouët Boigny, commence  le calvaire des automobilistes. Résidence dont la clôture présente un visage triste, par manque d’entretien. Peinture craquelée par endroits, aspect  terne et défraichi, spectacle honteux quand on pense au Père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne… 

Le calvaire  des usagers, lui, vire à l’apocalypse après le corridor – nord. Une route  cabossée, avec de gros trous par endroits. Des ‘’nids d’autruche’’ qui  obligent  gros porteurs, grumiers, camions, cars, voitures et autres usagers à se livrer à de dangereux slaloms sur cette voie scabreuse. Avec le risque évident de graves accidents auxquels s’exposent ces derniers. On pense avoir tout vu quand on arrive à Tiébissou. Que non ! Le pire est à venir. 

Car de Tiébissou à Bouaké, c’est à un autre  tango que tous les automobilistes doivent se livrer pour avancer. Cahin-caha, pendant que les grumiers tanguent vers la gauche, les cars tanguent vers la droite. Quant aux gros camions surchargés de marchandises, ils sont tellement inclinés qu’on a l’impression qu’ils s’affaleront au prochain virage. 

Les voitures, elles, ‘’sautillent’’ sur la route comme des jouets électriques. Un ballet auquel se mêlent des chauffards qui tiennent, coûte que coûte, à faire des dépassements très dangereux, du reste. Mettant ainsi la vie des autres usagers en danger sur cette route à deux voies, très sinueuse. 

Avec par endroits des virages déroutants. Conséquence, il ne se passe pas de mois, sans qu’il n’y ait un accident avec plusieurs morts. Le prolongement de l’autoroute du Nord jusqu’à Bouaké  est donc très attendu et, grand sera le soulagement des usagers, à la livraison de cet ouvrage. Un précieux gain en temps, en plus de la préservation de nombreuses vies humaines. 

Les travaux de cette autoroute avancent, mais beaucoup trop lentement. Ce qui n’est pas fait pour arranger les choses. Surtout que cette route ne fait pas l’objet d’un réel entretien, mais de bricolage, de façon épisodique. 

Soum Junior M.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici