Accueil Actualité Denis Kah Zion (président du groupe de presse « Le Réveil » « Sous...

Denis Kah Zion (président du groupe de presse « Le Réveil » « Sous le régime Ouattara, toutes les entreprises de presse sont asphyxiées »

171
0

Monsieur le Vice-Coordonnateur

Mesdames et Messieurs les Vice-présidents du PDCI-RDA,

A la suite du Directeur Général du Groupe, mon jeune frère EDDY PEHE qui a parlé au nom de tous les travailleurs, je voudrais, à mon tour, vous souhaiter la bienvenue auprès de vos jeunes frères et enfants et vous remercier de votre déplacement ce jour au cœur du Groupe de Presse « Le Réveil » vieux de 19 ans. Au-delà, et avant tout propos, je souhaiterais que vous soyez nos interprètes auprès du Président Henri Konan BEDIE, président du PDCI-RDA,et de son épouse pour leur traduire notre profonde gratitude pour leur constante sollicitude envers notre groupe.

Depuis 2000 jusqu’aujourd’hui, le soutien tant moral, financier que matériel et même politique du Président ne nous a jamais fait défaut. Et avec lui, toute la grande famille politique du PDCI RDA. Et nous en tirons une légitime fierté. Sur proposition du secrétaire exécutif en chef, Professeur Maurice Kakou Guikahué, n’a-t-il d’ailleurs pas nommé certains responsables de cette entreprise au Bureau politique et décoré d’autres dans l’ordre du Bélier ? Et notre modeste personne membre du Secrétariat général 2002-2012 et du secrétariat exécutif depuis avril 2017.

Mesdames et Messieurs les vice-présidents,

Votre présence parmi nous cet après-midi est d’autant réconfortante qu’elle exprime éloquemment la grande estime que vous avez pour nous et l’intérêt que vous accordez à notre travail et à nos familles respectives. Le soutien financier de 4,3 millions de Francs CFAque vous nous apportez vaut son pesant d’or, au moment où toute la presse nationale ploie sous le poids des difficultés de tous ordres. Vous aurez pu nous envoyer cet argent par les moyens modernes électroniques, mais vous avez tenu à être présents ici pour partager avec nous, ne serait-ce que le temps d’une rencontre, notre quotidien et toucher du doigt les réalités qui sont les nôtres.

Nous sommes encore et toujours à la tâche pour le PDCI-RDA, pour la victoire à la présidentielle d’octobre 2020avec le président Henri Konan BEDIE,candidat incontesté du PDCI RDA. Mais, que de problèmes avons-nous et devons-nous affronter ! Que de difficultés à enjamber au quotidien !En effet, de grosses et graves difficultés risquent de compromettre la marche de cette entreprise de presse si rien n’est fait. Entre autres, il y a la mévente des journaux : depuis 8 ans aujourd’hui, les journaux se vendent très mal parce qu’ils sont très mal distribués par la seule société qui a le monopole de la distribution qu’est Edipress (aujourd’hui, avec pour actionnaire majoritaire l’homme d’affaires Adama Bictogo, l’actuel directeur exécutif du RHDP et la SNEPCI qui édite Fraternité Matin).

Les recettes de cette vente étriquée ne sont reversées aux entreprises de presse qu’au compte-gouttes (nous sommes à plus de 4 mois d’arriérés) ; les statistiques de vente que nous recevions chaque semaine et qui nous permettaient de revoir à la hausse ou à la baisse nos tirages sont désormais inconnues des éditeurs de presse. Depuis deux ans, l’aide à la presse a été suspendue. Sans aucune justification.Les publicités institutionnelles ne sont données qu’aux journaux proches du parti au pouvoir ; par contre les dépenses vont grimpant, du fait de la cherté de la vie, de l’augmentation des prix de tous les intrants dans la production du journal, de la masse salariale assujettie à la convention collective à laquelle les journalistes sont payés.

Les entreprises de presse sous le régime Ouattara sont à bout de souffle financièrement. Or, le plus dur commence et durera encore des mois. Ma prière est que Dieu nous aide à ce qu’avec les jeunes qui m’entourent depuis des années et travaillent d’arrache-pied, nous restions encore ensemble, au moment où dans certaines rédactions aujourd’hui, des travailleurs subissent le chômage technique si ce n’est pas le licenciement. Malgré toutes ces difficultés que je viens d’égrainer, les salaires conventionnels sont assurés avant le 28 du mois. Les travailleurs sont assurés. Nous sommes en règle vis-à-vis de la CNPS et des Impôts.

Messieurs les vice-présidents,

tout ceci conjugué asphyxie notre entreprise qui n’a d’autre choix que de solliciter votre aide continue. Car, les mois à venir seront décisifs dans la bataille politique qui se profile. Et dans cette bataille politique, la bataille de l’opinion et de la communication sera déterminante. La victoire dans les urnes viendra avant tout de la victoire par la communication. Nous n’avons pas le droit de laisser le champ libre à nos adversaires qui, conscients de leur minorité, mettent tout leur dévolu sur la communication mensongère tant par les journaux, par l’audiovisuel que par les réseaux sociaux. C’est pourquoi, je voudrais ici saluer et encourager la direction de la Communication du PDCI-RDA que pilote Mlle ZONGO Djénébou qui a eu l’initiative de PDCI TV appuyée par une autre télévision numérique elle aussi dynamique PDCI24 de mon frère Tonian, des forums et sites sur le web, remercier et encourager les initiateurs des autres journaux privés « Dernière Heure Monde« , « Le BélierIntrépide » et « L’Héritage » qui s’affichent ouvertement proches du PDCI-RDA et qui nous épaulent efficacement dans ce combat.

Dans l’objectif de booster nos supports (le journal papier, le journal digital) pour les élections à venir, nous envisageons, en nous adossant au parti, d’organiser, d’ici la fin du mois d’août,un séminaire de réflexion pour ensemble voir quelle bonne politique de communication, en matière de presse imprimée et de presse numérique pour rendre le président Bédié, candidat du Pdci-Rda, bien visible et son programme de société connu et apprécié de tous les électeurs ivoiriens.

Je vous remercie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici